Sciences

Mars : magnifique survol de Mawrth Vallis

VidéoClassé sous :Mars Express , mars , Mawrth Vallis

Dans cette vidéo, l'Agence spatiale européenne nous fait planer au-dessus du lit asséché long de 600 kilomètres d'un fleuve reliant les hautes terres aux basses terres de Mars. Par sa diversité géologique témoignant d'un passé humide varié, ce site intéresse beaucoup les scientifiques. Mawrth Vallis figure parmi les quatre sites candidats retenus pour accueillir la future mission ExoMars 2020 de l'ESA et Roscosmos.

Grâce à cette reconstitution créée à partir des images en haute résolution et des données collectées par la sonde européenne Mars Express, nous survolons, tel un oiseau, la longue et profonde Mawrth Vallis. Aujourd'hui, tout est bien sec et désert mais il faut imaginer qu'il y a plus de 3,6 milliards, de grandes quantités d'eau y ont dévalé, s'écoulant depuis les hautes terres d'Arabia Terra au sud et se répandant ensuite dans les basses terres de Chryse Planitia, au nord.

Une vallée qui en dit long sur le passé humide de Mars

La vallée fluviale serpente sur plus de 600 km à 22° de latitude nord. Sa profondeur atteint par endroits 2 km. Les taches blanches, bien visibles sur les images, ne sont pas des dépôts de glace mais des phyllosilicates. Il s'agit de l'un des plus grands affleurements de ce type connu à la surface de Mars. Traduisant une altération chimique des roches par de l'eau, ces minéraux renforcent l'idée que Mars fut habitable durant cette période lointaine du noachien. La région porte également des argiles, tantôt riches en fer, tantôt riches en aluminium, témoignant de conditions humides variées. Elles sont par endroits ensevelies sous des dépôts sombres de cendres volcaniques qui ont pu protéger d'éventuelles traces de vie des rayonnements cosmiques et de l'érosion. On comprend que Mawrth Vallis ait été inscrit, avec trois autres sites, comme cible pour la mission ExoMars 2020 de l'ESA et Roscosmos.

© ESA