Sciences

ExoMars 2016 : les trajectoires d’arrivée de TGO et Schiaparelli

VidéoClassé sous :ExoMars , Thales , Schiaparelli

Animation montrant l'arrivée de TGO et de Schiaparelli de la mission ExoMars 2016, le 19 octobre 2016, trois jours après leur séparation. Pendant que le premier commence son installation en orbite autour de Mars, le second effectue son atterrissage dans Meridiani Planum, la région où se trouve le rover Opportunity depuis 2004. Mars Express (de l'ESA), sur une orbite polaire, se situe en bonne position pour enregistrer l'événement et servir de relais de données.

Sept mois après son départ de la Terre, le 14 mars dernier, le convoi ExoMars 2016, développé par l'Esa en partenariat avec Roscosmos, l'Agence spatiale russe, arrive en vue de sa destination : la Planète rouge.

Cette animation montre la trajectoire empruntée, d'une part par la sonde TGO (Trace Gas Orbiter) et d'autre part par l’atterrisseur Schiaparelli, trois jours après leur séparation, le 16 octobre à 14 h 42 TU (soit 16 h 42 heure de Paris).

L'atterrisseur file tout droit à 21.000 km/h vers la région Meridiani Planum (le même secteur où travaille depuis 2004, le rover Opportunity) pour un atterrissage trois jours plus tard, le 19 octobre à 14 h 53 TU (16 h 53 à Paris) après une descente d'environ 6 minutes. Schiaparelli est avant tout un démonstrateur des technologies utiles pour un atterrissage contrôlé sur Mars en vue du débarquement du rover ExoMars 2020. Cependant, il embarque également des instruments scientifiques chargés de mesurer des paramètres météorologiques : pression, température et humidité au sol. Il doit aussi mesurer les champs électriques environnants, à dessein de mieux cerner leur lien avec la formation des grandes tempêtes de poussière que connaît la planète au gré des saisons.

Pendant ce temps, TGO entamera ses manœuvres d'insertion en orbite autour de Mars. Très elliptique, cette orbite lui demandera quatre jours martiens (ou « Sols »), la conduisant au plus près à 300 km de la surface et au plus loin à 96.000 km. Sur les traces des gaz présents dans l'atmosphère de notre voisine (et tout particulièrement le méthane), TGO ne débutera vraiment sa mission que fin 2017.

L'arrivée d'ExoMars 2016 sera à suivre en direct sur les sites de l'ESA et de la Cité de l'espace de Toulouse et sur la page spéciale de Futura.

© ESA