Ivy Mike, la première bombe à hydrogène ou bombe H, a explosé le 1er novembre 1952. © Romolo Tavani, Shutterstock

Sciences

Bombe H : comment fonctionne une bombe à hydrogène ?

Question/RéponseClassé sous :physique , bombe H , bombe à hydrogène

En 2013, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 26 septembre, Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. Objectif : sensibiliser l'opinion publique aux bénéfices du désarmement. La bombe à hydrogène, ou bombe H, est la plus puissante des armes jamais imaginées par l'Homme. La puissance colossale que dégage son explosion lui vient de réactions de fusion nucléaire. Explications.

La bombe H, encore appelée bombe à hydrogène ou bombe thermonucléaire, utilise le principe de la fusion nucléaire pour produire une explosion d'une puissance énorme. Ainsi, les premières bombes H mises au point au début des années 1950 atteignaient des puissances de 10 mégatonnes (Mt), soit l'équivalent de 10 millions de tonnes de TNT. Celle conçue par les Russes, au début des années 1960, atteignait un record de 50 Mt, soit l'équivalent de 50 millions de tonnes de TNT. À titre de comparaison, Little Boy, la bombe A larguée sur Hiroshima en août 1945 avait représenté l'équivalent de l'explosion de 15.000 kg de TNT, soit une puissance de 15 kilotonnes (kt).

Fusion nucléaire et bombe H

Si la bombe à hydrogène est à ce point plus puissante que la bombe A, c'est qu'elle repose sur des réactions de fusion nucléaire. Des réactions du même genre que celles qui expliquent pourquoi notre Soleil brille. Des noyaux d'atomes de deutérium et de tritium fusionnent pour former un noyau d'hélium. Au cours de la réaction, des particules sont émises et le noyau créé est plus léger que la somme des deux noyaux mis en jeu. Cette différence de masse est convertie en une quantité colossale d'énergie.

La bombe H repose notamment sur le principe de fusion nucléaire, à la différence de la bombe A. © idé

Pas de bombe H sans bombe A

Cependant, pour parvenir à initier la fusion nucléaire, il est indispensable de créer des conditions de température et de pression extrêmes. Des conditions qui sont obtenues grâce aux réactions de fission nucléaire qui ont lieu lors de l'explosion d'une bombe A. Un atome d’uranium, ou de plutonium, est cassé par projection d'un neutron sur son noyau. Cette fission génère de nouveaux neutrons qui, à leur tour, vont briser les noyaux environnants et provoquer une réaction en chaîne. En l'espace d'à peine quelques nanosecondes, la quantité d'énergie nécessaire au déclenchement d'une bombe thermonucléaire est libérée.