Sciences

Empire de Charlemagne : jusqu'où s'étendait-il ?

Question/RéponseClassé sous :Moyen Âge , Homme , Royaume franc

L'empire de Charlemagne est le résultat de longues et sanglantes conquêtes. À la mort de son frère Carloman en 771, Charlemagne prend la tête de l'ensemble du royaume franc, mais ce dernier est loin d'avoir encore la taille du colossal empire qu'il laissera à sa mort en 814.

Carte de l'expansion de l'empire franc, entre 481 et 814. Les conquêtes de Charlemagne en repoussent loin les frontières, notamment sur le flanc est. © Sémhur, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Le royaume franc en 771

En 771, le royaume compte l'Austrasie (au nord de l'actuelle France), la Neustrie (nord-est), la Bourgogne, la Provence et l'Alémanie (avec des territoires situés aujourd'hui en Alsace, au pays de Bade et en Suisse). Il faut y ajouter des territoires semi-autonomes comme l'Aquitaine comprenant la Septimanie (Languedoc-Roussillon) et la Gascogne, la Bavière et la Frise (littoral de la mer du Nord).

Empire de Charlemagne : les conquêtes de Charlemagne

En 773, Charlemagne fait la conquête de la Lombardie (Italie septentrionale), où s'était réfugiée la famille de son frère qu'il fait emprisonner. Par cette annexion, il protège Rome et assure ses propres frontières au sud. Il lui faudra 33 ans d'un conflit d'une rare sauvagerie pour soumettre la Saxe (une partie de l'Allemagne actuelle et du Danemark). En 788, à la suite de l'emprisonnement de Tassilon, son cousin, qui s'est révolté contre son autorité, il annexe la Bavière et la Carinthie (sud de l'Autriche et nord de la Slovénie).

Empire de Charlemagne : les « marches »

Aux frontières de son empire, Charlemagne crée des « marches », dont le commandement civil comme militaire est confié à des « marquis », qui avaient pour mission de repousser les attaques ennemies ou de contenir des populations indociles. On peut citer les marches d'Espagne, les marches saxonnes et bavaroises (pour repousser les Danois), une marche bretonne, une marche de Toulouse, etc.

À noter

Unissant dans un même empire des peuples disparates, Charlemagne apparaît chez certains (Victor Hugo, notamment) comme le précurseur d'une Europe bien administrée. Si le rapprochement est possible, il faut considérer que cette Europe-là était résolument chrétienne.