Sciences

Leon Battista Alberti

1404-02-18 - 1472-04-20

Écrivain

Classé sous :Mathématiques , inventeur , géodésie

Découvertes

Leon Battista Alberti est à l'origine de plusieurs réalisations architecturales, notamment à Florence. Il travailla sur la notion de profondeurs et la construction de perspectives.

Biographie

Leon Battista Alberti est un Italien du XVe siècle né à Gênes en 1404 et mort à Rome en 1472. Humaniste de la Renaissance italienne par excellence, il fut tout à la fois écrivain, philosophe, peintre, architecte ou encore sculpteur.

Il naît à Gênes d'un père appartenant à une fameuse dynastie de banquiers et marchands. Pour autant, fruit d'amours illégitimes, il n'héritera pas de son père à sa mort en 1421 et entamera alors des études de droit. Mais, bien que sa famille souhaite qu'il fasse carrière dans les affaires, son dévolu se porte sur les lettres. Outre une brève carrière de fonctionnaire pontifical, il tente de se faire connaître au travers de ses œuvres littéraires satiriques. Toutefois, ces dernières ne rencontreront qu'un accueil hostile. C'est finalement en s'impliquant dans l'architecture, notamment en 1454, qu'il trouve la reconnaissance qu'il cherchait.

Leon Battista Alberti théorise la construction de perspectives

Leon Battista Alberti est célèbre pour sa Descritpio Urbis Romae, qui est le premier plan d'une ville établi scientifiquement. Il va s'employer à théoriser la beauté et l'harmonie architecturale en termes mathématiques, en s'attachant particulièrement à la notion de proportions, qui trouvent leur achèvement dans son ouvrage posthume De re aedificatoria. Il y expose ses théories au travers des rapports musicaux que sont la quinte, la quarte et l'octave. Leon Battista Alberti est aussi à l'origine d'une théorie des règles de la construction des perspectives. Cette théorie permet la construction de la décroissance de la profondeur apparente des carreaux d'un sol dallé lorsque l'on s'éloigne de la ligne de terre.

C'est en partie son De re aedificatoria qui lui apporte la postérité. Il y propose notamment des méthodes de fortifications qui seront largement utilisées aux époques des sièges assistés par l'artillerie.