Expert Sciences

Cédric Villani

Mathématicien

Classé sous :Mathématiques , mathématique
La marée d’informations qui nous submerge depuis quelques années a profondément changé les règles du jeu : maintenant, pour comprendre le monde, il ne s’agit plus d’avoir accès à l’information, mais bien de la trier ! Et il en va de la science comme des autres domaines... En fournissant des matériaux fiables pour des publics de tous niveaux, en tissant des liens entre des informations éclatées, Futura-Sciences pourra espérons-le, contribuer à rapprocher le grand public des spécialistes, plus que jamais irremplaçables.
Cédric Villani, Mathématicien

Biographie

Né en 1973 à Brive-la-Gaillarde. Etudes de mathématiques à Paris : en classes
préparatoires puis à l'Ecole Normale Supérieure (de 1992 à 1996 comme élève, de 1996 à 2000 comme "caïman").

-- Diplômes : Agrégation (1994), thèse, sous la direction de Pierre-Louis Lions (1998), habilitation à diriger des recherches (2000).

En 2000 je deviens professeur à l'Ecole Normale Supérieure de Lyon, où j'assure des enseignements et des activités de recherche. Depuis 2006 je suis membre junior de l'Institut Universitaire de France.

Les voyages sont une part fondamentale de la formation d'un mathématicien :
parmi mes nombreux séjours dans des institutions étrangères, deux m'ont particulièrement marqué : l'un à Georgia Tech (Atlanta, Géorgie) en 1999, l'autre à Berkeley (Californie) en 2004.

-- Distinctions : Prix Louis Armand 2001, Prix Peccot-Vimont 2003, Conférencier
au Congrès International des Mathématiciens 2006, Prix Jacques Herbrand 2007.

Père de deux gros livres (Topics in Optimal Transportation, 2003 ; Optimal Transport, Old and New, 2008) et de deux petits enfants (Neven, 2000 ; Aëlle, 2003).

Métier

La journée du mathématicien commence bien avant l'arrivée au bureau ! D'abord par des réflexions solitaires : recherche d'idées, attente de l'illumination qui permettra de débloquer un problème rebelle sur lequel on travaille depuis quelques jours ou quelques années...

Mais aussi l'observation de phénomènes mathématiques autour de soi : quand on contemple les formes des vaguelettes à la surface de l'eau, quand on est coincé dans un embouteillage sans cause apparente, quand on lit les résultats d'un sondage, quand on observe l'empilement des oranges de l'épicier, ou même quand on fait bouillir de l'eau pour son thé, on est en présence de problèmes mathématiques bien identifiés — et, pour certains d'entre eux, extrêmement difficiles et loin d'être résolus !

La journée de travail proprement dite d'un chercheur en mathématiques est placée sous un double signe : curiosité et échange d'idées. On discute, on travaille à écrire des articles, on rediscute, on écoute un séminaire (le plus souvent un exposé fait par un collègue sur un problème de recherche contemporain), on rediscute, on réfléchit, on conseille les étudiants, on discute encore !

Comme tous les métiers de la recherche, celui de mathématicien comporte des
moments difficiles où l'on se lamente "Je n'y comprends vraiment rien, ce problème est absolument impénétrable", et des moments d'exaltation "Cà y est, j'ai tout compris !" Plus le problème a résisté, plus la victoire est douce. Et même si le problème est "intordable", on apprend toujours quelque chose à lutter contre lui.