Traitement des déchets nucléaires : quel avenir ?

DossierClassé sous :physique , traitement déchet nucléaire , déchets nucléaire

-

Les déchets de l’industrie nucléaire sont spécifiques à bien des égards : leur toxicité diminue avec le temps, et leur diversité nécessite des méthodes de conditionnement adaptées aux volumes et à leur nocivité. Par chance, les plus dangereux sont aussi les moins nombreux. Comme dans toute filière en essor, des procédés éprouvés sont mis en œuvre à l’échelle industrielle – c’est le cas de la vitrification, de la cimentation, du compactage et du bitumage - tandis que des recherches sont menées pour améliorer les performances des procédés actuels, et avec des échéances plus lointaines, résoudre des difficultés nécessitant des sauts technologiques majeurs, comme dans le cas de la transmutation des actinides par exemple.

  
DossiersTraitement des déchets nucléaires : quel avenir ?
 

Le traitement des déchets ne cesse d'évoluer. En particulier concernant les déchets de l'industrie nucléaire, qui sont spécifiques à bien des égards : leur toxicité diminue avec le temps, et leur diversité nécessite des méthodes de conditionnement adaptées aux volumes et à leur nocivité. Par chance, les plus dangereux sont aussi les moins nombreux.

Comme dans toute filière en essor, des procédés éprouvés sont mis en œuvre à l'échelle industrielle pour le traitement des déchets nucléaires - c'est le cas de la vitrification, de la cimentation, du compactage et du bitumage - tandis que des recherches sont menées pour améliorer les performances des procédés actuels, et avec des échéances plus lointaines, résoudre des difficultés nécessitant des sauts technologiques majeurs, comme dans le cas de la transmutation des actinides par exemple.

Le commencement de toutes les sciences, c’est l’étonnement de ce que les choses sont ce qu’elles sont. Aristote, Métaphysique.

Le but recherché par le conditionnement est celui de disposer d'objets faciles à manipuler, répondant à des normes strictes pour assurer leur tenue dans le temps et surtout garantir la non-dispersion des radioéléments.

Les déchets primaires peuvent occuper tous les états de la matière (solide, liquide, gazeux) ; ils sont généralement très volumineux et les radioéléments peuvent être répartis de manière hétérogène au sein des matériaux. Le choix d'un procédé ne peut se faire qu'à partir d'une connaissance assez précise des caractéristiques du déchet brut. Quelle est sa nature physique, sa composition chimique et sa radioactivité, sa teneur en radioéléments à vie longue... ? Autant de questions à instruire avant de choisir la filière la plus adaptée. Par ailleurs, pour réduire la quantité de déchets qu'il faudra gérer sur le long terme, des traitements sont généralement utilisés. Ils consistent à réduire les volumes par incinération ou compactage ou encore décontaminer les matériaux dont les surfaces retiennent des poussières radioactives.

Le conditionnement conduit finalement à la fabrication de ce que l'on appelle un colis, objet constitué d'une matrice chargée de piéger les radioéléments et d'un conteneur qui permet, outre sa fonction d'écran double - il empêche l'intrusion d'eau et bloque les rayons alpha, bêta et une partie des rayons gamma - d'assurer une manutention aisée.

Même s'il existe de nombreuses méthodes pour conditionner les déchets de l'industrie nucléaire et bien que les recherches se poursuivent pour diminuer les volumes, améliorer le confinement et réduire la nocivité de certains d'entre eux, le bilan actuel ne fait que justifier un peu plus l'intérêt que l'on porte au verre : 96 % des émetteurs bêta et gamma et 99,5 % des émetteurs alpha se retrouvent in fine dans le verre. Plusieurs pays ont choisi de vitrifier leurs déchets, mais le cas de la France reste unique de par les quantités produites et la maîtrise de la technologie. Sommes nous en avance sur notre temps, ou bien faisons-nous fausse route ?

Ce dossier tente de comprendre les raisons qui ont motivé ce choix, nous fait découvrir les autres modes de traitement des déchets et se penche plus en détail sur le cas du verre, ce matériau de notre quotidien aux propriétés si particulières.