Sciences

La synthèse soustractive des couleurs

Dossier - La couleur dans tous ses éclats
DossierClassé sous :physique , chimie , couleur

Un tour d'horizon sur la couleur, omniprésente dans la nature et dans notre culture. Vision des couleurs, nuances, teintes, fluorescence et luminescence... Le secret de la couleur !

  
DossiersLa couleur dans tous ses éclats
 

La synthèse soustractive des couleurs est couramment employée, aussi bien en imprimerie qu'en peinture.

Qu'est-ce que la synthèse soustractive des couleurs ? © Mamopicture89, CCO

Principe de la synthèse soustractive des couleurs

La synthèse soustractive des couleurs exploite la faculté des pigments ou des colorants d'absorber la lumière dans un certain domaine de longueurs d'onde : les pigments ou les colorants soustraient donc ces dernières à la lumière blanche en se réfléchissant sur le support (feuille de papier par exemple), comme le feraient des filtres colorés.

Synthèse soustractive des couleurs par superposition de filtres colorés. © Éditions Belin, DR

Le procédé CMJN (cyan, magenta, jaune, noir)

En imprimerie, à partir des trois couleurs primaires, cyan, magenta (un rouge pourpre), et jaune, en proportions variables, on obtient toutes les autres couleurs. En particulier, les couleurs secondaires ou complémentaires résultent du mélange de deux couleurs primaires : rouge, vert, bleu (voir image ci-dessus). La dénomination de couleur complémentaire vient du fait qu'en mélangeant une couleur primaire et sa couleur complémentaire - cette dernière étant obtenue en mélangeant les deux autres couleurs primaires -, on obtient du noir. En réalité, c'est un gris foncé qui est obtenu ; c'est pourquoi on emploie en imprimerie une encre noire en plus des trois encres cyan, magenta et jaune : c'est le procédé de quadrichromie CMJN (cyan, magenta, jaune, noir).

En peinture, les couleurs primaires sont légèrement différentes de celles de l'imprimerie : bleu, rouge, jaune. Et les couleurs secondaires ou complémentaires sont orangé, violet et vert.