Sciences

Charlemagne, l'école et l'administration

Dossier - Histoire : l'empire de Charlemagne
DossierClassé sous :histoire , France , Homme

Roi des Francs de 768 à 814, Charlemagne fut sacré empereur d'Occident en 800. Il créa un vaste empire et fut à l'origine d'une renaissance culturelle sans précédent. Découvrez l'histoire de l'empire de Charlemagne.

  
DossiersHistoire : l'empire de Charlemagne
 

En dépit de ses conquêtes, Charlemagne était moins un guerrier qu'un administrateur. Il trouvait plus de plaisir à gérer qu'à combattre et il sut diriger son vaste domaine avec une efficacité dont nous avons aujourd'hui de nombreuses traces. Voyons aussi ici quel est le véritable lien entre Charlemagne et l'école.

Charlemagne nomma plusieurs types de représentants locaux pour faire régner sa loi. Les plus nombreux étaient les « compagnons », du mot latin comes, comites, impliquant ici qu'ils étaient ceux du souverain.

Quel lien entre Charlemagne et l'école ? Ici, trône de Charlemagne à la cathédrale d'Aix-la-Chapelle, en Allemagne. © Holger Weinandt, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Les compagnons avaient la charge d'un territoire assez réduit : l'empire était divisé en plusieurs centaines de ces juridictions, de 200 à 600 selon les estimations. Si Charlemagne se réservait le droit de renvoyer un compagnon, ce titre était héréditaire ; il fut ensuite remplacé par le terme « comte ».

Aux marges de son vaste empire, Charlemagne créa des territoires à vocation plus militaire et censés le défendre contre les envahisseurs : les « marches ». L'homme placé à la tête de ces marches, et dont la charge devint héréditaire, prit ensuite le nom de « marquis ». Charlemagne, à l'origine des comtes et marquis, a ainsi laissé une grande trace dans la noblesse qui allait régner sur l'Europe pendant le millénaire suivant.

L'administration sous Charlemagne : les missi dominici…

Les comtes avaient la charge de faire respecter dans leur comté les capitulaires de Charlemagne. Les capitulaires étaient des sortes de lois édictées par le souverain et qui pouvaient toucher à tous les domaines : Charlemagne légiféra ainsi sur la monnaie, les poids et mesures, la morale...

Pour s'assurer que les comtes accomplissaient bien leur travail et résistaient à la corruption, Charlemagne envoyait des émissaires, les missi dominici, qui contrôlaient leur mission. Ceux-ci étaient très protégés par la loi et s'attaquer à eux pouvait entraîner de très lourdes conséquences.

Cette page manuscrite date du temps de Charlemagne. Elle montre une nette amélioration du travail des copistes. © DR

L'école d'Aix-la-Chapelle

Charlemagne regrettait manifestement d'avoir reçu une faible éducation. Il invita à sa cour des érudits venus notamment des îles britanniques, dont le plus fameux est Alcuin d'York. Il organisa dans son palais d'Aix-la-Chapelle (actuelle Allemagne) une école dont l'empereur et sa famille furent les premiers élèves et s'intéressa à tous les domaines de la connaissance.

Enthousiasmé, il ordonna au clergé de tout l'empire de copier le modèle de son école et d'ouvrir leurs classes aux enfants de toute origine sociale, ce qui lui valut le nom de « père de l'école ». En réalité, ses instructions sur l'éducation furent peu suivies. Mais il suscita un bref retour en force des arts et des lettres, avec une nouvelle écriture (appelée la « petite caroline » qui fait honneur à son nom) et un essor de l'enluminure : c'est la « renaissance carolingienne ».