Sciences

Les stations soviétiques de première génération : Saliout 1 à Saliout 5

Dossier - Les stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
DossierClassé sous :Astronautique , Saliout , Almaz

-

Le 12 octobre 1964, le gouvernement soviétique décide d'explorer la voie des stations spatiales. Ce choix est précurseur car l'ambition de ce moment, tant pour l'U.R.S.S. que pour les Etats-Unis, est la conquête de la Lune. C'est pourtant ce moment qui est choisi et c'est grâce à cette anticipation que l'U.R.S.S. gagnera une nouvelle course à l'espace dans sa lutte avec les Etats-Unis : l'accès de longue durée à l'espace. Cette nouvelle conquête se traduira d'abord par les stations soviétiques Saliout, puis par la station américaine Skylab. Leurs descendantes sont bien connues : la station Mir et la station Alpha (I.S.S.).

  
DossiersLes stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
 

1. Almaz, la genèse des Saliout

L'origine des Saliout, initiés en 1964, est le projet de station orbitale habitée Almaz. Il s'agit d'un projet militaire, destiné à l'observation. En effet, un télescope de 1 mètre de diamètre équipe Almaz. Les images acquises sont retransmises par ondes hertziennes ou par largage de capsules contenant des fils.

© Thegreenj - Domaine public

L'observation n'est pas le seul rôle de la station. Celle-ci comporte en effet des canons à tir rapide. L'objectif : les missiles d'interception et les satellites américains. L'époque est à la guerre froide, ne l'oublions pas. C'est pourquoi ce projet est alors resté secret.

Le programme est ambitieux : l'objectif est de 20 stations opérationnelles pour 1975, occupant 90 cosmonautes et demandant 50 tirs annuels !

La station Almaz est constituée :

  • De l'OPS (Orbitalnaya Pilotirouyemaya Stantsiya), un module qui doit peser 20 tonnes,
  • Du TKS (Transportny Korabl Snabjena), un vaisseau de même masse, qui doit rejoindre l'OPS en transportant hommes et fret.

Le TKS est lui-même constitué de deux éléments principaux :

  • La capsule VA qui sert à la rentrée atmosphérique. Elle pèse 3 tonnes et doit être réutilisée 5 fois,
  • Le bloc cargo fonctionnel FGB qui dispose des servitudes.

2. Soyuz, étape nécessaire sur la voie de Saliout

Le parallèle civil du programme Almaz est la réalisation d'une station non militaire DOS (Dolgovremenaya Orbitalnaya Stantsiya). Ce sera Saliout, initialement nommée Zarya (l'Aube). Notons que ce nom sera repris à pour le premier module de la station internationale Alpha, module russe envoyé en orbite le 20 novembre 1998.

Les études ont d'abord porté sur la réalisation de rendez-vous spatiaux. L'objectif est de maîtriser la rencontre, la connexion et la séparation de vaisseaux spatiaux. Soyuz (vaisseau habité autonome) sera utilisé pour atteindre cet objectif.

Soyuz (http://guinan.gsfc.nasa.gov/images)

Ainsi, le 16 janvier 1969, Soyuz 4 et Soyuz 5 se rejoignent en orbite. Ils restent connectés durant plus de 4 heures puis se séparent. Le succès est important : la première station spatiale vient d'être créée. Quatre cosmonautes vivent alors dans un volume de 18 m3.

Dix mois plus tard, Soyuz 7 et Soyuz 8 tentent de ré-editer l'exploit, mais la connexion échoue. Les amarrages en orbite se révéleront finalement plus complexes que la première réussite l'avait laissé présager. Malgré cet échec, le programme Saliout est lancé le 9 février 1970.

L'objectif est de devancer le programme américain Skylab.

3. Saliout devance Almaz

Le lancement de la première station Almaz est prévu le 22 avril 1970, à l'occasion de l'anniversaire de Lénine. Mais le TKS n'est pas prêt. Et comme les amarrages avec les Soyuz sont complexes, ceux-ci ne peuvent être une solution de rechange.

La voie est alors libre pour Saliout et, le 19 avril 1971, l'U.R.S.S. prend sa revanche sur la course à la Lune remportée par les Etats-Unis. En effet, Saliout 1 (DOS 1) est lancé par une fusée Proton sur une orbite circulaire de 220 km d'altitude.

Trois jours plus tard, la seconde phase est enclenchée : Soyuz 10 et ses trois cosmonautes, Chatalov, Elisseïev et Roukavichnikov, décollent de Baïkonour. Mais comme nous l'avons vu, les amarrages Soyuz sont complexes et le vaisseau échoue dans sa connexion. Le vaisseau regagne le sol mais Soyuz 11 se préparer déjà...

Le 7 juin 1971 est une nouvelle grande date de la conquête de l'espace : Soyuz 11 (Dobrovolsky, Patsaïev et Volkov) réussit la première connexion à une station spatiale et pour la première fois, des hommes habitent une véritable station spatiale. Le séjour durera 23 jours au cours desquelles seront menées diverses expériences scientifiques.

Saliout 1 (http://www.sciencepresse.qc.ca/)

Mais le retour tourne à la tragédie quand le vaisseau se dépressurise lors de sa rentrée atmosphérique. Les trois cosmonautes sont tués. Saliout 1 ne sera plus jamais habité et effectue sa rentrée atmosphérique le 11 octobre 1971 après avoir passé 170 jours en orbite.

Les vols vers Saliout 1 :

4. La reprise du programme et ses difficultés

Après la tragédie du retour de Saliout 1, les cosmonautes doivent porter leur scaphandre en phase de rentrée atmosphérique. Mais les faibles dimensions du Soyuz obligent la réduction de l'équipage à 2 personnes. Seul le Soyuz-T, à sa mise en service en 1980, permettra des reconstituer des équipages de 3 personnes.

La station Saliout suivante (DOS 2) est lancée le 29 juillet mais le lancement échoue. Cette station ne recevra donc pas le nom de Saliout 2.

A ce moment du programme, le bilan n'est pas encore satisfaisant : Saliout 1 a fonctionné mais le retour de son équipage fut tragique ; le second Saliout est détruit. Par ailleurs, les Etats-Unis sont proches du lancement de Skylab. Pour garder la tête de la course à l'espace habité, Leonid Brejnev redonne la priorité aux stations Almaz.

Saliout 2 sera donc aussi Almaz 1, soit OPS 1. Le lancement a lieu le 3 avril 1973 mais un défaut d'étanchéité la rend inhabitable. La station sera donc volontairement détruite, après seulement 26 jours en orbite.

Les vols vers Saliout 2 :

Vaisseau

Lancement

Equipage

Durée mission

Observations

Soyuz 10

23 avril 1971

Chatalov

Elisseïev

Roukavichnikov

/

Echec de l'arrimage

Soyuz 11

6 juin 1971

Dobrovolsky

Patsaïev

Volkov

23 jours

Mort de l'équipage en phase de rentrée


La station suivante marquera le retour du succès, mais entre temps, Skylab aura rejoint son orbite.

5. Le retour du succès

La station Saliout suivante sera de nouveau une Almaz. Saliout 3 (Almaz 2, OPS 2) est lancé le 26 juin 1974 et reste 213 jours en orbite. L'équipage Popovitch et Artioukhine l'habitera 15 jours (Soyuz 14). L'équipage Sarafanov et Demine (Soyuz 15) ne pourra pénétrer la station suite à un défaut d'amarrage. C'est la fin de l'exploitation habitée de Saliout 3. La rentrée atmosphérique est effectuée le 24 janvier 1975.

Les vols vers Saliout 3 :

Vaisseau

Lancement

Equipage

Durée mission

Observations

/

/

/

/

/


Saliout 4 est une station civile (DOS 3). Elle est placée le 26 décembre 1974 sur une orbite plus haute que les Saliout précédentes, ce qui lui confère un plus vaste champ de vision. Deux équipages l'occuperont, le troisième prévu n'ayant pu rejoindre la station suite à un échec du lanceur (séparation des deuxième et troisième étage). Une station DOS 4 était prévue mais elle ne fut jamais lancée.

Les vols vers Saliout 4 :

Vaisseau

Lancement

Equipage

Durée mission

Observations

Soyuz 14

3 juillet 1974

Popovitch

Artioukhine

15 jours

 

Soyuz 15

25 août 1974

Sarafanov

Demine

/

Echec de l'arrimage


Enfin, Saliout 5 (Almaz 3, OPS 3) décolle le 22 juin 1976. Le retour du premier de ses quatre équipages fut particulièrement chaotique. Le troisième ne pourra s'amarrer à la station. La station est détruite le 8 août 1979. Une station Almaz 4 (OPS 4) était prévue mais fut abandonnée.

Les vols vers Saliout 5 :

Vaisseau

Lancement

Equipage

Durée mission

Observations

Soyuz 17

10 janvier 1975

Goubarev

Grechko

31 jours

 

Soyuz 18A

5 avril 1975

Lazarev

Makarov

/

Echec du lancement

Soyuz 18

24 mai 1975

Klimouk

Savastianov

62 jours

 

Soyuz 20

17 novembre 1975

/

/

 

Vaisseau

Lancement

Equipage

Durée mission

Observations

Soyuz 21