Sciences

Céramique et archéologie modernes à Lyon

Dossier - Archéologie lyonnaise au XVIIIe siècle, l'expertise d'un céramologue
DossierClassé sous :archéologie , céramique , poterie

-

Plongez dans le Lyon du XVIIIe siècle au travers des tessons de céramiques et des vases découverts dans le parc Saint-Georges. Les découvertes des céramologues vous racontent la vie quotidienne des habitants au travers des objets d’époque comme si vous y étiez.

  
DossiersArchéologie lyonnaise au XVIIIe siècle, l'expertise d'un céramologue
 

Le développement de l'archéologie de la période moderne à Lyon a été en très grande partie associé aux études de céramologie menées depuis la fin des années 1980, et ce en parallèle de l'essor de l'archéologie préventive.

Auparavant, les céramiques des XVIe et XVIIIe siècles étaient surtout étudiées par des historiens des arts décoratifs qui analysaient des textes d'archives associés à quelques pièces de musée. Mais celles-ci seront presque toujours abordées par le style, et uniquement certains produits particuliers comme la faïence.

Des milliers de tessons : une masse d’information pour la connaissance de la faïence à Lyon au XVIIIe siècle. © Inrap

La masse de tessons et d'objets accumulée depuis ces 25 dernières années lors des fouilles archéologiques a permis de constituer des ensembles exceptionnels, à l'origine des travaux en cours actuellement et de livrer une image plus précise d'une culture matérielle parfois oubliée et qui révèle les vaisselles utilisées au quotidien par nos ancêtres. Avec près de 150.000 fragments ou tessons, les céramiques du XVIIIe siècle découvertes sur les fouilles lyonnaises permettent d'étudier des contextes au sein d'habitats civils, religieux, urbains ou en marge de la ville, et offrent désormais un panorama quasi complet des céramiques à la fin de la période moderne.