Sciences

Aurora

DéfinitionClassé sous :Univers
Le programme technologique Aurora de l'ESA : étudier le système solaire et en particulier la planète Mars

Aurora est un programme technologique qui a été proposé par l'ESA à l'approbation des délégués et entériné par le Conseil de l'ESA réuni au niveau ministériel à Edimbourg les 14 et 15 novembre 2002.

Préparé en commun par la Direction des Programmes Scientifiques et celle de la Microgravité et des Vols habités, Aurora a pour finalité première de développer en Europe les technologies nécessaires et un réseau de compétences pour arriver in fine à une exploration humaine de Mars, et d'élaborer un plan européen à long terme d'exploration, par l'homme ou à l'aide de robots, des objets du système solaire et notamment de ceux qui pourraient contenir des traces de vie.

Ce programme est multidisciplinaire. Il englobe de nombreux domaine de la recherche spatiale.

Différentes phases

Deux phases principales sont prévues.

La première (2005 - 2015) doit permettre d'acquérir des connaissances, de développer et de démontrer les technologies requises pour une mission habitée à destination de Mars et de la Lune, de façon à pouvoir décider de mener ou non une telle mission.

Cette phase initiale sera suivie d'une seconde phase (2015 - 2030) consacrée au développement, à la vérification et à la mise en œuvre des éléments européens d'une mission habitée, qui sera sans doute menée à l'échelle internationale.

Les étapes clés prévues pour le programme Aurora sont : deux missions de retour d'échantillons martiens (2011 - 2017) ; la décision d'engager une mission habitée (2015) ; un avant-poste robotique sur Mars et éventuellement une mission habitée à destination de la Lune (2020 - 2025) ; et une mission habitée à destination de Mars (2025 - 2030).

Principales missions

La mission ExoMars, dont l'objectif est d'évaluer l'environnement biologique martien avant de faire atterrir d'autres véhicules ou des humains sur la planète rouge.

Une mission de retour d'échantillons (Mars Sample Return) qui comprendra un module de descente et un véhicule de retour sur Terre. Le premier descendra à la surface de Mars une plateforme de prélèvement et le véhicule de remontée en orbite. Pour cette phase, la précision requise à l'atterrissage sera limitée. L'échantillon serait délivré dans un conteneur sur une orbite à 150 km d'altitude. Le véhicule de retour vers la Terre le récupérerait alors et le larguerait une fois revenu en orbite terrestre sur une trajectoire balistique de rentrée atmosphérique. Un parachute ou un système gonflable garantissant la sûreté de l'arrivée.

Cela vous intéressera aussi