Sciences

Accident nucléaire de Three Miles Island

DéfinitionClassé sous :physique , centrale nucléaire , énergie atomique
La centrale nucléaire de Three Miles Island qui connut en 1979 le pire accident nucléaire des États-Unis. © Centers for Disease Control and Prevention's Public Health Image Library, domaine public

L'accident qui s'est produit le 28 mars 1979 dans la centrale nucléaire de Three Miles Island fut le plus grave accident nucléaire de l'histoire des États-Unis. Bien que cet accident s'est traduit par une fusion du cœur du réacteur, événement considéré comme le plus dangereux, il n'y eut aucun mort ni blessé et la contamination radioactive fut restreinte.

Les causes de l'accident nucléaire de Three Miles Island

Les causes qui ont mené à la fusion du cœur de l'unité 2 de la centrale (TMI-2) sont une succession d'erreurs de conception, d'erreurs humaines et de pannes matérielles.

Tout a commencé très tôt dans la nuit du 28 mars 1979 : la panne d'une pompe à eau entraîne un problème du générateur de vapeur et donc du refroidissement. La turbine puis le réacteur s'arrêtent alors.

Face à l'augmentation de pression du circuit primaire, un technicien ouvre une vanne pour éviter une surpression dangereuse. Hélas, la fermeture automatique de la vanne ne se produit pas et aucun signal ne l'indique. Une fuite du liquide de refroidissement provoque alors une nouvelle surchauffe et la production d'une multiplicité de signaux confus.

Incapables de déterminer le niveau du liquide refroidissement ni d'identifier le problème, les techniciens déclenchent une série d'actions qui aggravent la situation.

La surchauffe entraîne la rupture des barres de maintien des barres de combustible, qui entrent en fusion. Malgré cette situation critique, les craintes des prévisionnistes ne se réalisent pas : l'enceinte de confinement du réacteur ne se rompt pas pour répandre massivement des radiations.

En fin de matinée, les autorités sont en état d'alerte et des équipes d'intervention et d'investigation sont dépêchées. Une fuite de radiation du circuit secondaire et la formation d'une bulle d'hydrogène provoquent des inquiétudes. La centrale et les environs sont partiellement évacués.

Un accident finalement sans conséquences majeures

Finalement, il n'y a ni explosion ni incendie et l'enceinte du réacteur tient. La grande majorité des radiations est contenue et les rejets radioactifs ont des effets négligeables sur la santé des personnes et de l'environnement.

Suite à l'étude de cette catastrophe évitée de peu, les exigences en termes de conception, de systèmes de contrôle, de formation des personnels et de procédures d'urgence ont été fortement renforcées et améliorées.