La plupart des montres haut de gamme sont conçues à partir de verre de saphir, un verre quasiment inrayable. © qimono, Pixabay, CC0 Creative Commons

Sciences

Verre de saphir

DéfinitionClassé sous :chimie , smartphone , matériau

Le verre de saphir est, à proprement parler, plus un cristal — d'oxyde d’aluminium — qu'un verre. Il est produit à partir de saphir synthétique et essentiellement utilisé aujourd'hui, et depuis la fin des années 1980 pour la fabrication de verres de montres ou de capteurs photo de smartphones.

À la base du verre de saphir : le corindon

À l'état naturel, le saphir — de formule chimique Al2O3 — est produit à partir de corindon, une espèce minérale largement répandue sur Terre. Il est généralement bleu, mais il peut aussi prendre d'autres couleurs. Cela dépend des impuretés qu'il contient. Mais le saphir naturel est cher. Alors, en 1902, un chimiste français, Auguste Victor Verneuil a mis au point un procédé — le procédé Verneuil — qui permet de le produire de manière industrielle. Comment ? En chauffant du corindon à des températures élevées (plus de 2.000 °C) et sous forte pression. Il ne reste ensuite plus qu'à couper ce saphir synthétique et à le polir pour obtenir des pièces de verre de saphir.

Les capteurs photo de certains smartphones sont recouverts de verre de saphir. © Free-Photos, Pixabay, CC0 Creative Commons

Les propriétés du verre de saphir

Si le verre de saphir intéresse des fabricants de montres et de smartphones, c'est surtout qu'il est très résistant aux rayures. Et même trois fois plus résistant en la matière que le fameux Gorilla Glass. Sur l'échelle de Mohs qui évalue la dureté des minéraux, seul le diamant arrive devant lui.

Pourtant, le verre de saphir reste cher à produire. Dix fois plus que le verre classiquement employé selon certains. D'autant que pour qu'il laisse passer la lumière aussi bien que ce verre, il faut qu'il soit extrêmement pur.

Autre inconvénient, le verre de saphir n'est pas très résistant aux chocs. Il est plus fragile que le Gorilla Glass. Il est également plus dense et augmente légèrement le poids des montres et autres smartphones dont il constituerait l'écran.

Cela vous intéressera aussi

Impression 3D : un revêtement antichoc pour smartphones et drones  Les revêtements antichocs actuels sont conçus à partir de matériaux bon marché tels que le caoutchouc. Mais ils restent difficiles à personnaliser. Grâce à l’impression 3D, une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT) semble avoir trouvé la solution au problème. La démonstration en vidéo ! 

À voir aussi :