L’alumine est un oxyde métallique à la base, entre autres, de la fabrication de pierres précieuses synthétiques comme le rubis. © Exentia, Fotolia

Sciences

Alumine

DéfinitionClassé sous :chimie , alumine , oxyde métallique

L'alumine — dont la formule chimique est Al2O3 —, encore appelée oxyde d’aluminium, est le deuxième oxyde métallique le plus abondant de la croûte terrestre après la silice. Elle se présente sous la forme d'une poudre blanche très stable. Il en existe plusieurs formes : la bayerite, la boéhmite et le corindon.

On trouve l'alumine à l'état naturel dans la bauxite où elle est hydratée et mélangée avec de l'oxyde de fer. Pour l'en extraire, il faut soumettre la roche à de hautes températures et à de fortes pressions et la mettre en contact avec de la soude. Un procédé — inventé par le chimiste autrichien Bayer et qui porte aujourd'hui encore son nom — exploité industriellement depuis la fin du XIXe siècle. L'alumine ainsi produite sert tout simplement et essentiellement de précurseur à la production d’aluminium.

L’alumine peut se former naturellement à la surface d’une pièce en aluminium. Cependant, contrairement à ce qu’il se passe avec la rouille qui se développe sur les pièces à base de fer, l’alumine constitue alors une couche protectrice et étanche tout en préservant le brillant de l’aluminium. © ziodanilo, Pixabay, CC0 Creative Commons

D’autres usages de l’alumine

L'alumine peut également servir à la fabrication d'abrasifs. Ou comme matériau réfractaire — sa température de fusion, 2.054 °C, est particulièrement élevée — pour les revêtements de fours à haute température, par exemple.

L'alumine, du fait de ses hautes performances — isolant électrique, conductivité thermique, résistance aux acides et aux alcalins, excellente biocompatibilité, etc. — et de son bas coût, apparaît aussi dans le secteur des céramiques techniques. Là, elle est proposée avec une pureté qui oscille entre 88 et 99,99 % avec des propriétés qui varient en fonction. Elle est alors utilisée pour la fabrication de substrats isolants pour diodes lasers, de pièces de structure pour des équipements de cryogénie ou des installations à rayonnements nucléaires ou encore de vannes d'échantillonnage sanguin.