Le suédois Lundström met au point l'allumette de sûreté. Les allumettes possèdent un musée qui leur est dédié à Jönköping en Suède, là où l'usine de Lundström assurait la fabrication. © Sebastian Ritter, CC BY-SA 2.5, Wikimédia Commons

Sciences

Allumette

DéfinitionClassé sous :chimie , Invention , phosphore

Une allumette est une fine et petite tige de bois composée de deux parties. Si 80% de sa surface est naturelle, les 20 % restants, situés à l'une de ses extrémités, sont enduits d'un produit qui s'enflamme, par réaction chimique, quand on le frotte sur le grattoir de la boîte d'allumettes. Elle ne peut être allumée qu'une fois.

Inventée en 1855 par Johan Edvard Lundstrom

Invention et évolution de l'allumette

Le mot et la fonction de l'allumette datent de plusieurs siècles. À l'origine, il s'agit d'une petite bûche qui sert à faire prendre le feu. Les premières, en pin enduit de soufre, s'enflamment uniquement au contact d'une braise ou d'une flamme.

En 1669, un chimiste allemand du nom d'Hennig Brand, découvre que le phosphore est un composé chimique qui s'enflamme à 60 degrés par simple frottement. Plusieurs inventeurs appliquent ce principe aux allumettes. En 1680, l'Anglais Robert Boyle fabrique une bûchette recouverte d'un mélange soufré qui s'enflamme au contact du phosphore. Quelques années plus tard, John Walker crée l'allumette à friction à base de sulfure d'antimoine et de chlorate de potassium. En 1831, le Français Charles Sauria supprime l'odeur désagréable. Il y ajoute du phosphore blanc, qui malheureusement, est hautement toxique pour les ouvriers qui fabriquent alors ces produits.

En 1855, le Suédois John Edvard Lundstrom trouve la solution : il sépare le phosphore, disposé sur un frottoir, du comburant chlorate de potassium. Ce dernier sert à enduire le bout de la tige. Par le frottement, les éléments chimiques se combinent et s'enflamment. L'allumette de sûreté ou allumette suédoise est née. Initialement fabriquées à la main, elles sont produites de façon industrielle à partir de 1864.