Sciences

L'ultra-rapide télescope LSST sera construit au Chili

ActualitéClassé sous :Univers , Large Synoptic Survey Telescope , Chili

Le consortium en charge du projet du Large Synoptic Survey Telescope a choisi le site de Cerro Pachón, une montagne chilienne située à 2680 m d'altitude pour construire ce nouveau grand télescope. Ce site a été préféré à ceux de la Californie, du Mexique et des Iles Canaries également en lice pour l'accueillir. Il sera construit à quelques kilomètres de Gemini South, un télescope de 8,1 m installé depuis 2001 et de SOAR, un télescope de 4,1 m opéré par l'Université du Michigan.

Vue d'atiste du Large Synoptic Survey Telescope

Un des facteurs du choix du site Chilien tient dans les conditions d'observation idéales permises tant par un nombre élevé de nuits claires que du faible taux d'humidité que possède l'atmosphère dans cette région. Enfin, les infrastructures existantes, en raison de la présence de l'ESO et de nombreux observatoires terrestres ont été déterminantes dans le choix de ce site.

Premières lumière en 2012

Doté d'un miroir principal de 8,4 m, d'un miroir secondaire de 3,4 m, le plus grand miroir convexe jamais construit, et d'un miroir tertiaire de 5,0 m, le LSST se classe dans la catégorie des grands télescopes. Il est un des projets jugés les plus prioritaires pour l'avenir des télescopes terrestres par la National Academy of Sciences. Les travaux de construction sur le site de Cerro Pachón doivent débuter en 2008. La première lumière du télescope est attendue en octobre 2012.

Le principal défi du challenge LSST sera de laisser une grande ouverture au centre du miroir principal. Cette ouverture servira au réglage du miroir tertiaire de 5 mètres. Avec le miroir secondaire de 3,4 mètres, de forme convexe, l'ensemble formera un système optique qui deviendra le plus rapide des télescopes de recherche jamais construits. Le défi sera de maintenir les trois miroirs du LSST en parfait alignement.

Objectifs scientifiques

Les principaux domaines de recherche sont la matière noire, l'étude du Système Solaire, les occultations, le traçage de cartes galactiques et les objets en mouvement.

Large Synoptic Survey Telescope photographiera la région du ciel qu'il surveille tous les 3 jours, produisant 30 terabytes de données par nuit à l'aide d'une caméra CCD de trois milliards de pixels. Il sera capable de prendre des vues toutes les 10 secondes, ce qui jettera les bases d'une nouvelle façon de travailler, en fournissant des sortes de films d'événements astronomiques qui évoluent et se déplacent rapidement à l'échelle de l'Univers. Il est donc tout désigné pour observer et mieux comprendre les supernovae, les astéroïdes proches de la Terre ou encore les objets de la Ceinture de Kuiper. Bref, les possibilités sont immenses. Ainsi, il sera capable de détecter la présence d'objets d'environ 100 m en mouvement, susceptible de représenter un danger pour notre planète.

De nouvelles fenêtres ouvertes sur l'Univers

Il ouvrira des fenêtres nouvelles sur l'Univers, des découvertes sont attendues dans de nombreux domaines, notamment dans la physique fondamentale. Le LSST sera capable de cataloguer des objets du ciel, de les caractériser de façon automatique et de prévenir les astronomes si jamais des données intéressantes étaient enregistrées.

Enfin, en observant l'effet de la matière noire sur la lumière (la courbure) le télescope dessinera une carte de l'histoire de l'expansion de l'Univers, fournissant ainsi des indices majeurs sur la nature de l'énergie et la matière foncée qui remplit l'Univers mais dont nous connaissons pour ainsi dire rien.