Sciences

Des scientifiques s'apprêtent à tester la théorie de la vie sur Titan

ActualitéClassé sous :Univers , titan , huygens

Des scientifiques s'apprêtent à utiliser les données recueillies lorsque Huygens, la sonde de l'Agence spatiale européenne (ESA), a opéré sa descente à travers l'atmosphère de Titan, pour étudier la possibilité de l'existence d'une forme de vie productrice de méthane sur la lune saturnienne.

Crédits : PHOTO ESA / D. Ducros

L'atmosphère de Titan est composée de cinq pour cent de méthane et Chris McKay, du centre de recherche de la NASA, qui travaille en collaboration avec Heather Smith, de l'Université internationale de l'espace (France), estiment qu'il pourrait en partie provenir de méthanogènes - des microbes produisant du méthane.

Pour tester la théorie, le duo a exploré le "régime alimentaire" probable de tels organismes. Ils soutiennent que les microbes respireraient de l'hydrogène plutôt que de l'oxygène et se nourriraient de molécules organiques tombant à la surface depuis la haute atmosphère. Sur trois molécules candidates, ils relèvent que l'acétylène a le plus de chances d'entrer en jeu, dans la mesure où elle libère six fois plus d'énergie par mole.

M. McKay et Mme Smith calculent que si des méthanogènes prospèrent sur Titan, leur respiration réduirait les niveaux d'hydrogène aux abords de la surface à un millième de ce qu'ils sont dans le reste de l'atmosphère. Détecter une telle variation des niveaux d'hydrogène fournirait donc une preuve irréfutable de vie sur Titan, étant donné qu'aucun processus non-biologique n'est susceptible, sur cette planète, d'affecter dans une telle mesure les concentrations d'hydrogène.

La composition chimique de l'atmosphère de Titan a été enregistrée lors de la descente de Huygens vers la surface de la lune, mais il faudra du temps pour séparer le signal de l'hydrogène de celui des autres molécules. Une autre option consisterait à analyser les niveaux d'acétylène dans l'atmosphère, ce qui pourrait se révéler plus facile.

"Je suis d'avis qu'il y aura une décroissance similaire d'acétylène si les microbes s'en nourrissent", a déclaré M. McKay à la revue New Scientist. Les deux scientifiques publieront leurs résultats dans le magazine Icarus.