Sciences

La perte de Mars Global Surveyor provoquée par un bug informatique ?

ActualitéClassé sous :Univers , mars , MGS

La perte de Mars Global Surveyor début novembre dernier pourrait être imputable à un logiciel défectueux, selon John McNamee, un des responsables du programme d'exploration martienne au JPL (Jet Propulsion Laboratory).

En juin dernier, un nouveau programme a été transmis par télémétrie depuis la Terre à la sonde en orbite depuis près de dix années autour de la Planète rouge. Malheureusement, il apparaît aujourd'hui que par suite d'une erreur de programmation, deux adresses mémoires étaient incorrectes et ont écrasé des données importantes, empêchant le fonctionnement d'un sous-programme.

Si cette hypothèse s'avère exacte, les panneaux solaires de la sonde, dont un moteur électrique assure en permanence une orientation optimale en direction du Soleil, ne se sont pas arrêtés en fin de course mais ont poursuivi leur mouvement jusqu'à leur butée, ce qui a entraîné la mise en mode de sécurité de l'ordinateur de bord le temps d'analyser les causes du problème. Durant ce temps, Mars Global Surveyor était livrée à elle-même hors de tout contrôle, et son radiateur de dissipation thermique s'est trouvé malencontreusement dirigé vers le Soleil alors qu'il devrait rester en permanence dans l'ombre afin d'évacuer les calories produites par le vaisseau.

Dans ces circonstances, la température interne de la batterie s'est élevée au-delà des limites tolérables, ce qui a provoqué sa destruction, l'arrêt des communications et la perte de la sonde.

Doug McCuistion, directeur du programme pour la Nasa, déclare que ce scénario, même s'il doit encore être confirmé, constitue une des hypothèses les plus sérieuses pour expliquer l'incident. D'autres théories impliquent directement les panneaux solaires de l'engin, insistant sur le fait que l'âge de la sonde, dix ans, minimisait la portée d'un tel incident. "Une commission d'enquête actuellement en cours d'investigation devrait rendre ses conclusions d'ici deux mois", ajoute-t-il, "mais il est possible que la cause de l'échec ne soit jamais connue".

Cette animation montre les mouvements effectués automatiquement par les panneaux solaires et l'antenne directionnelle de Mars Global Surveyor au cours d'une orbite autour de Mars. Crédit NASA.