Sciences

Origine de la vie : découverte de sucre dans l'espace

ActualitéClassé sous :Univers , sucre , origine

La découverte de molécules organiques de sucre dans la partie froide du nuage de gaz et de poussière Sagittarius B2, situé à quelque 26.000 années-lumière de la Terre, près du centre de la Voie Lactée tend à confirmer l'origine extraterrestre de l'apparition de la vie sur la planète Terre et renforce la théorie selon laquelle les briques fondamentales de la vie sont très répandues à travers le milieu interstellaire. Ces composés sucrés sont essentiels au fonctionnement biologique de base de toutes les formes connues de vie.

Découverte de sucre dans la partie froide du nuage de gaz et de poussière Sagittarius

Les astronomes ont détecté la molécule à 8 atomes du sucre glycolaldehyde à l'intérieur du nuage Sagittarius B2. Ces nuages qui s'étendent sur plusieurs années-lumière sont la matière brute à partir de la laquelle se forment des étoiles et le système planétaire susceptible de les entourer. Ce n'est pas la première fois que du sucre est détecté dans l'espace. En 2000 des chercheurs découvraient dans une région plus chaude de ce même nuage la même molécule. Mais cette nouvelle découverte prouve que le sucre existe à une température extrêmement basse -- seulement 8 degrés au-dessus de l'absolu zéro, la température à laquelle tout processus moléculaire s'arrête. Notons également que des chercheurs de la NASA ont découvert dans le passé des composés organiques sucrés dans deux météorites carbonées.

La détection de sucre dans une région aussi froide à son importance. En effet, la chimie prébiotique sur la Terre, c'est-à-dire la formation des molécules nécessaires à l'apparition de la vie, se serait produite à l'intérieur de tels nuages, bien avant l'effondrement qui précède tout processus de formation d'étoiles et de systèmes planétaires.

Or, l'on sait que la formation d'un système planétaire est un processus qui se déroule dans un environnement extrêmement chaud, de sorte que toutes les molécules prébiotiques seraient immanquablement détruites. Si ces molécules se forment également dans les régions froides suivant le passage de l'onde de choc, qui déclenche le processus de l'effondrement du nuage, un dépôt de molécules pré biotiques peut alors exister dans des régions reculées d'un système planétaire où se situent de grands réservoirs de comètes.

On sait maintenant que les comètes abritent des molécules organiques complexes, et par là même de vie pour la Terre. Une collision avec ces objets ou le passage de la Terre dans la queue de la comète aurait vraisemblablement enrichi la jeune Terre en formation avec du matériel prébiotique.

Note : Le glycolaldehyde se compose de 2 atomes de carbone, de 2 atomes d'oxygène et de 4 atomes d'hydrogène et se nomme "sucre 2 carbones". Le glycolaldehyde peut réagir avec du sucre 3 carbones pour produire un sucre 5 carbones alors nommé ribose. Les molécules de ribose forment la structure de l'épine dorsale des molécules d'ADN et d'ARN, qui renferment le code génétique de la matière organique vivante.