Sciences

Navette spatiale : les débris de mousse isolante sous haute surveillance

ActualitéClassé sous :Univers , navette spatiale , débris

Bien que la NASA ait fixé au 15 mai 2005 le lancement de la navette Discovery, première mission depuis la désintégration en plein vol de Columbia, on s'affaire toujours à sécuriser au mieux les navettes.

La perforation provoquée par un débris de mousse isolante dans un panneau de carbone renforcé !

Rappelez vous, c'est la chute d'un ou plusieurs morceaux d'isolant du réservoir externe (le système de protection thermique) de Columbia au moment de son décollage qui a fragilisé son aile gauche, au niveau du bord d'attaque, qui allait être l'évènement à l'origine de la chaîne d'événements provoquant la désintégration de Columbia lors de son retour à terre.

Ces débris de la mousse isolante du réservoir se forment parce que l'adhésif utilisé pour fixer la protection du réservoir tend à perdre de son efficacité (en raison de la diminution de la pression atmosphérique combinée avec la chaleur importante au moment du décollage de la navette), ce qui favorise l'écoulement d'air entre l'adhésif et le réservoir.

De nouvelles procédures ont donc été développées pour éliminer les sources de débris de façon à les réduire au minimum lors de son décollage, en insistant particulièrement sur la région où le bipied de support de l'orbiteur s'attache au réservoir externe. Toutefois, il est impossible d'atteindre le zéro débris du fait de la conception du réservoir externe.

La NASA a donc décidé de mieux comprendre la façon dont ces débris se comportent quand ils se détachent du réservoir externe au moment du décollage en effectuant une série de vol d'essais mieux à même de reproduire les conditions d'un décollage de navette. Pour cela, il a été utilisé un F-15B sous lequel ont été fixés six morceaux de mousse d'isolation afin de tester en vol, à près de Mach 2, leur résistance et leur stabilité structurale notamment.

En particulier, cela aidera à comprendre si les débris s'écartent en se détachant du réservoir externe, et ensuite se mettent à voler de concert, ou bien s'ils chutent rapidement. Cette distinction dans les comportements possibles provoque une différence énorme dans l'énergie cinétique dégagée en cas de contact avec la navette.