La vie est apparue sur Terre – ou plus exactement dans les mers terrestres – il y a moins de 4 milliards d’années. Mais, sommes-nous aujourd’hui encore seuls dans l’Univers ? La question se pose toujours. © Aphelleon, Shutterstock

Sciences

Les humains, prématurés de l'univers ?

ActualitéClassé sous :Univers , vie dans l'Univers , vie sur Terre

Chaque jour, le catalogue des exoplanètes s'étoffe un peu plus. Alors, comment expliquer que nous n'ayons à ce jour encore aucune preuve de l'existence d'une forme de vie extra-terrestre ? Une équipe d'astrophysiciens américains avance une nouvelle hypothèse : les humains seraient, en quelque sorte, des prématurés de l'univers.

Interview : les exoplanètes sont-elles habitées ?  Il pourrait y avoir au moins 100 milliards de planètes simplement dans notre galaxie. Difficile d’imaginer qu’aucune ne puisse abriter la vie. Le Cnes a interviewé Michel Viso, responsable des programmes d’exobiologie, afin qu’il nous parle des conditions d'apparition de la vie dans l'univers. 

Selon une étude publiée récemment par des astrophysiciens de l'université d'Harvard et de l'université d'Oxford, la vie aurait 1.000 fois plus de chance d'apparaître dans un futur relativement lointain que de le faire aujourd'hui. Les êtres humains se présenteraient donc un peu comme des prématurés. Ceci ne signifiant pas pour autant - comme le précisent les chercheurs - que nous soyons les seuls prématurés auxquels notre univers aurait pu donner naissance.

Pour les astrophysiciens américains, la probabilité pour assister à l'apparition de la vie aujourd'hui, quelque part dans le cosmos, n'est que de 0,1 %. Un résultat qu'ils ont obtenu en compilant de nombreuses informations comme le nombre d'étoiles dans notre univers et leurs caractéristiques, la probabilité de trouver une planète habitable autour d'une étoile donnée ou encore, le temps nécessaire à la vie pour se développer lorsque des conditions favorables se présentent.

Selon une étude menée par des astrophysiciens américains, la vie sur Terre serait apparue de façon prématurée à l'échelle de l'univers. © Juan Gaertner, Shutterstock

Une étude sujette à controverse

Mais la prudence semble devoir être de mise concernant ces conclusions. En effet, les hypothèses (la possibilité de voir la vie se développer sur des planètes orbitant des étoiles de seulement 10 % la taille du Soleil, la non prise en compte des possibilités de formes de vie souterraine, etc.) retenues par les astrophysiciens des universités d'Oxford et de Harvard ne font pas l'unanimité.

Souvenons-nous également qu'une autre étude, publiée il y a quelques mois seulement, affirmait quant à elle, que les chances pour que l'humanité soit la première et seule espèce, non seulement vivante mais encore intelligente, dans l'univers ne seraient que d'une sur dix milliards de billions !