Sur Titan, le reflet du Soleil sur la surface d’hydrocarbures de Kraken Mare, photographié dans l’infrarouge avec l’instrument Vims de Cassini, le 24 août 2014. Si nous avions été présents à cet endroit, nous aurions distingué à travers l’épaisse atmosphère de cette grande lune de Saturne, le Soleil élevé à environ 40° au-dessus de l’horizon. © Nasa, Esa, JPL-Caltech, University of Arizona, University of Idaho

Sciences

En bref : le Soleil se reflète sur les mers d’hydrocarbures de Titan

ActualitéClassé sous :Système solaire , Satellite naturel , Cassini

Pour la première fois, on peut distinguer sur les images prises par la sonde spatiale Cassini lors de son 104e survol de Titan, le Soleil se refléter sur la surface d'un lac de méthane et d'éthane liquide de ce satellite de Saturne. Tout près de là, des dépôts témoignent d'une récente évaporation.

On connaissait déjà des photographies de l'éclat du Soleil capturées par Cassini lors de l'un de ses survols de Titan, de même que, indépendamment, on a vu ses étendues d'hydrocarbures. À présent, on peut distinguer les deux réunis pour la première fois.

Titan (5.149 km de diamètre) est le deuxième plus grand satellite naturel du Système solaire et la plus grande lune gravitant autour de Saturne. Pour les chercheurs, son cycle de méthane observé depuis plusieurs années évoque celui de l'eau sur notre planète bleue. C'est un monde étrange et glacial (sa température moyenne est de - 180 °C), enveloppé d'une atmosphère épaisse et opaque, aussi est-il impossible d'explorer sa surface dans le visible. Heureusement, on apprend à mieux le connaître grâce aux instruments qu'embarque la sonde spatiale américano-européenne (Esa et Nasa) laquelle, l'a d'ores et déjà survolé 106 fois depuis son arrivée voici 10 ans.

Capturée le 21 août 2014, lors du 104e survol de Cassini, par sa caméra Vims (Visual and Infrared Mapping Spectrometer) dans des longueurs d'onde infrarouge — 5, 2 et 1,3 micron —, cette image composite en fausses couleurs nous dévoile un merveilleux reflet du Soleil sur la surface de Kraken Mare, la plus grande mer d’hydrocarbures de Titan. On notera également, au sud de cette région, un délicat liseré lumineux. Il s'agit vraisemblablement de dépôts laissés après l'évaporation récente du méthane et de l'éthane. Par ailleurs, on retrouve du méthane liquide concentré dans une masse nuageuse qui surplombe la petite mer voisine de Ligeia (Ligeia Mare) et le réseau qui les relie, peut-être sur le point de se déverser...