Sciences

Mort de Jean-Paul Zahn, pionnier de l'astrophysique française

ActualitéClassé sous :soleil , Evry Schatzman , mort

L'essor de l'astrophysique en France après la seconde guerre mondiale est étroitement lié au groupe d'élèves côtoyant l'académicien Evry Schatzman, grand spécialiste des étoiles. L'un des membres éminents de ce groupe, Jean-Paul Zahn, astronome émérite à l'Observatoire de Paris, vient de décéder à l'âge de 80 ans. Ses travaux portaient sur l'évolution des étoiles et leur structure.

L'astrophysicien Jean-Paul Zahn, de l'Observatoire de Paris, a notamment contribué à la théorie des intérieurs stellaires. © François Cochard, Wikimedia Commons, DP

Si les recherches en physique théorique moderne ont pu se développer en France après la seconde guerre mondiale en ce qui concerne la mécanique quantique, c'est en grande partie grâce au physicien Albert Messiah. Au même moment, Evry Schatzman est quant à lui crédité d'être à l'origine de l'école d'astrophysique française à l'institut d'Astrophysique de Paris (IAP). Parmi ses élèves il y avait l'astrophysicien André Brahic mais aussi Jean-Paul Zahn, dont on vient d'apprendre le décès.

Conférence donnée à l'institut d’Astrophysique de Paris le 5 février 2008, par Jean-Paul Zahn, astronome émérite à l'Observatoire de Paris. © Canal U

Jean-Paul Zahn et la théorie des intérieurs stellaires

L'astrophysicien avait commencé par soutenir une thèse en 1966 sur les effets de marée dans les systèmes binaires d'étoiles. Par la suite, il continua à apporter d'importantes contributions à la théorie des intérieurs stellaires que l'on sonde aujourd'hui grâce à l'astérosismologie, bien illustrée par le développement de la sismologie solaire.

« L'ère Evry Schatzman » à l’institut d’Astrophysique de Paris (IAP) a été évoquée lors d’un exposé de Suzy Collin-Zahn, astrophysicienne à l’Observatoire de Meudon, à l’occasion des 75 ans de l’institut. © Canal U

Après avoir été membre de l'Observatoire de Nice, de l'Observatoire du Pic du Midi et de Toulouse (actuel Observatoire Midi-Pyrénées), il intégra finalement l'Observatoire de Paris en 1993 où il fut notamment directeur du diplôme d'études approfondies (DEA) d'Astrophysique et Techniques Spatiales de 1995 à 1999.