Sciences

CNRS et SNCF : la recherche sur les rails pour l'avenir

ActualitéClassé sous :recherche , mécanique , aérodynamique

Bernard Larrouturou, directeur général du CNRS et Louis Gallois président de la SNCF viennent de signer le premier accord-cadre d'une coopération scientifique. Les deux partenaires associeront leurs efforts de recherche pendant quatre ans. En mécanique, aérodynamique, robotique ou électronique, les chercheurs du CNRS apporteront des connaissances précieuses au rail du futur.

CNRS et SNCF : la recherche sur les rails pour l'avenir

Les recherches concerneront essentiellement l'ingénierie ferroviaire et sa maintenance (infrastructure, matériel roulant) ; la circulation des trains et le transport ; la logistique et le contrôle (commande, signalisation, télécommunication, énergie) ; les services en gare, de fret, ou de transports de voyageurs (grandes lignes, régionales et banlieues) ainsi que les activités complémentaires du transport. Elles porteront sur la mécanique, la sécurité, le confort thermique ou visuel, l'énergie (combustion/émissions), etc. Ces recherches impliqueront des chercheurs de plusieurs disciplines du CNRS : en sciences pour l'ingénieur, en sciences et technologies de l'information et de la communication et en sciences de l'homme et de la société.

En permettant de choisir le meilleur cadre à ces recherches, du cofinancement de thèse à la création de laboratoire commun, de groupement d'intérêt public (GIP) ou de groupement de recherches (GDR), cet accord-cadre favorise une collaboration bien établie. Des recherches conjointes ont déjà été menées dans des domaines comme l'aérodynamique, la thermique et l'aéro-acoustique (pour améliorer la pénétration dans l'air, améliorer le confort thermique ou encore limiter les nuisances sonores externes), les matériaux (allégement), les phénomènes de frottement et d'usure, la stabilité des ouvrages ou encore sur l'ergonomie des postes de conduite. Des résultats, issus notamment du GDR "Bruit des transports" ont d'ores et déjà permis des avancées afin de mieux appréhender et de limiter les nuisances sonores des trains : modélisation de la propagation du bruit, évaluation de la gêne, atténuation des bruits de freinage et de roulement.