Sciences

arXiv, l'archive scientifique mondialement célèbre, a 20 ans !

ActualitéClassé sous :physique , Astronomie , Mathématiques

-

Tous les thésards et les chercheurs dans les domaines aussi divers que la physique, les mathématiques, l'informatique, les sciences non linéaires et la biologie quantitative utilisent le site arXiv. Cette archive électronique, créée initialement par le physicien Paul Ginsparg, accessible gratuitement partout sur la planète où il y a une bonne connexion Internet, a 20 ans ce mois ci.

Le physicien Paul Ginsparg. © Cornell University

La révolution des télécommunications actuelle a été prévue, entre autres, par le grand économiste Norman Macrae. Elle permet aujourd'hui à des physiciens théoriciens, des astrophysiciens ou même des mathématiciens de rester connectés avec leurs collègues et la science en marche où qu'ils soient sur la planète, que ce soit à Kiev, Pondichéry ou au pied d'un volcan en éruption à partir du moment où ils disposent d'une connexion Internet et d'un ordinateur portable. Des étudiants peuvent avoir accès aux cours donnés par des chercheurs de renom d'écoles situées à des milliers de kilomètres de leur université. En grande partie, cela a été rendu possible par l'initiative du physicien théoricien Paul Ginsparg, il y a vingt ans ce mois d'août 2011, lorsqu'il a créé arXiv.

En 1989, Tim Berners-Lee, un informaticien au Cern, a proposé un projet appelé le World Wide Web. © Cern

On peut trouver quelques-uns de ses souvenirs à ce sujet, avec quelques réflexions sur sa création aujourd'hui dans un article de Nature qui commence ainsi : 

« Il y a vingt ans ce mois-ci, j'ai lancé un système de bulletins électroniques destiné à rendre service à quelques centaines d'amis et de collègues qui travaillent dans une sous-division de la physique théorique des hautes énergies. Je venais tout juste de prendre mon poste au Laboratoire national de Los Alamos au Nouveau Mexique et pour la première fois j'avais mon propre ordinateur sur mon bureau, et le désir de simplifier l'échange de manuscrits inédits (prépublications) entre les chercheurs, auparavant distribués sous forme de copies papier par la poste.

Cette archive automatisée avec un système d'alerte pour les prépublications en physique, à l'adresse hep-th@xxx.lanl.gov, a été mise en place peu avant l'aube de l'ère Internet. J'ai d'ailleurs envoyé un e-mail à un collègue au Cern plus d'un an plus tard disant : « Je ne sais rien du WWW, c'est quoi ? » Le plan original prévoyait environ 100 soumissions d'articles, chaque année, chacun stocké pendant trois mois jusqu'à la publication sous forme papier. À la demande générale, rien n'a jamais été supprimé finalement ».

Comme il se doit, Ginsparg a aussi déposé un article arXiv pour célébrer son anniversaire.

Une mémoire pour le cerveau planétaire

Aujourd'hui, c'est l'université de Cornell, celle où a enseigné Carl Sagan, qui s'occupe d'arXiv et plusieurs sites miroirs existent dans le monde. L'archive contient maintenant pas loin de 700.000 articles qu'environ 75.000 autres rejoignent chaque année et ce flux n'est pas près de faiblir. Arxiv c'est aussi 1.000.000 d'articles téléchargés chaque semaine en moyenne par environ 400.000 utilisateurs sur la planète, dont tous ne sont pas des chercheurs professionnels.

Avec des initiatives comme la mise en accès libre des cours du MIT ou encore la mise en ligne des conférences de Feynman, on est donc en présence d'une large démocratisation de l'accès à la connaissance pour les cellules nerveuses individuelles du cerveau planétaire.