Les ondes gravitationnelles sont une des clés de l'astrophysique. Leur détection directe début février n'aurait pas été possible sans l'instrument Ligo. Ici, une illustration d'ondes gravitationnelles générées par un couple d'étoiles à neutrons. © R. Hurt, Caltech-JPL

Sciences

20 mars : plongez dans la Nuit des ondes gravitationnelles

ActualitéClassé sous :physique , onde gravititationnelle , Nuit des ondes gravitationnelles

Le 20 mars 2017, on fête la nuit des ondes gravitationnelles en France et en Italie avec de nombreuses manifestations gratuites et pour tout public. Il faut en général s'inscrire, comme à Paris pour la soirée au Grand Rex.

En février 2016, les membres de la collaboration eLigo, aux États-Unis, annonçaient que leur instrument avait détecté directement des ondes gravitationnelles, ce qui était une première depuis la Terre. La nouvelle venait quelques mois seulement après le centenaire de la découverte par Einstein de la théorie de la relativité générale. Or, l'existence de ces ondes est l'une des prédictions les plus importantes de cette théorie relativiste de la gravitation à la beauté légendaire.

Les physiciens de eLigo avaient publié les résultats de leurs travaux conjointement avec leurs collègues européens, également partis à la chasse à ces ondes avec une autre machine, et qui leur avait prêté mains forte. La France et l'Italie font partie de la collaboration européenne rassemblant trois autres pays, à savoir la Hollande, la Hongrie et la Pologne, qui a construit Virgo, un interféromètre cousin de eLigo.

Sans doute dans le but de mieux faire comprendre l'importance du travail des chercheurs européens auprès des citoyens qui les financent, le CNRS et la Société Française de Physique organisent le 20 mars 2017 La Nuit des ondes gravitationnelles dans une quinzaine de villes de France (Annecy, Bordeaux, Dunkerque, Limoges, Lyon, Marseille, Lille, Nancy, Nice, Orléans, Paris, Strasbourg) et d'Italie (Cascina et Florence).


Une vidéo de présentation de Virgo et de la chasse aux ondes gravitationnelles. © CNRS

Au programme de cette manifestation tous public et gratuite (mais, attention, il faut s'inscrire) qui ne demande aucune connaissance préalable en physique, il y aura notamment des conférences scientifiques, des visites virtuelles de laboratoires comme on peut le constater dans le menu de la soirée parisienne, reprise du site du CNRS :

  • 18 h : Accueil du public
  • 18 h 30 : Conférence scientifique (programmation différente selon les villes)
  • Deuxième partie de la soirée, en simultané depuis le Grand Rex à Paris, animée par Florence Porcel, auteure et comédienne
  • 20 h 15-20 h 30 : Visite en direct de l'expérience Virgo en Italie (Cascina) depuis la salle de contrôle
  • 20 h 30-21 h 00 : Quizz
  • 21 h 00-21 h 10 : Projection d'un film sur le Laboratoire des matériaux avancés du CNRS.
  • 21 h 10-22 h 30 : Table ronde-débat "Science et Cinéma : la relativité au cinéma" autour d'extraits de films avec Richard Taillet, professeur à l'Université Savoie Mont Blanc et chercheur au Laboratoire d'Annecy-le-Vieux de physique théorique (CNRS/Université Savoie Mont Blanc) et Quentin Lazzarotto de l'Institut Henri Poincaré (CNRS/UPMC), réalisateur de cinéma et de documentaires scientifiques.
  • 22 h 30 : Fin

Il sera également possible de suivre la soirée par webcast (l'adresse sera donnée sur le site de la Nuit des ondes gravitationnelles).

Futura-Sciences était associé l'année dernière à une table ronde sur les ondes gravitationnelles qui s'est tenue à la Bibliothèque publique d'information, également connue sous le sigle BPI, la principale bibliothèque publique parisienne. Voici la vidéo de cette table ronde.

Une table ronde sur les ondes gravitationnelles. © Bibliothèque publique d'information

Plusieurs articles ont été consacrés par Futura-Sciences à la découverte des ondes gravitationnelles. En voici quelques uns :

Cela vous intéressera aussi

La détection d'ondes gravitationnelles va révolutionner notre perception de l'univers  Il y a un siècle, Einstein avait prédit l’existence d’ondes gravitationnelles par sa théorie de la relativité générale. Leur présence étant à présent avérée, les scientifiques espèrent bientôt les étudier en détail. Voici en vidéo deux projets qui nous permettraient d'en savoir un peu plus sur ces ondulations de l'espace-temps.