Le site de Göbekli Tepe, en Turquie, démontre qu'avant le Néolithique, donc avant l'agriculture et les premières villes, les Hommes savaient déjà se rassembler pour réaliser d'imposants ouvrages de pierre. © Rolfcosar, Licence Creative Commons (by-nc-sa 3.0)

Sciences

Une comète aurait frappé la Terre il y a 13.000 ans, indique une stèle retrouvée

ActualitéClassé sous :Homme , mésolithique , Göbekli Tepe

En Turquie, dans un site archéologique très ancien, plus vieux que l'agriculture, des roches sculptées et assemblées défient les archéologues depuis un demi-siècle. Deux chercheurs ajoutent une touche de merveilleux à ces mystères : des dessins représenteraient le ciel, avec des constellations, mais aussi une chute de comète. À cette époque, en effet, l'hémisphère nord subissait un grop coup de froid, peut-être dû à un impact. Mais l'hypothèse est très spéculative et les arguments un peu faibles...

  • Sur le site de Göbekli Tepe, en Turquie, des stèles gravées, datées d'environ 13.000 ans, portent des représentations géométriques et d'animaux.
  • Deux chercheurs, après une analyse statistique, estiment que ces formes se rapprochent de constellations connues.
  • Certains dessins, selon eux, représenteraient un évènement céleste brutal, d'autant que ces gravures sont effectivement contemporaines d'un possible impact de comète (mais non prouvé).

Sept mille ans avant les premières pyramides, des Hommes ont sculpté des pierres énormes pour en faire des colonnes ou des totems, judicieusement disposés, gravées de signes symboliques et de représentations d'animaux. Nous sommes à la fin du Mésolithique, dans une région située aujourd'hui au sud-est de la Turquie, et les humains de l'époque n'ont pas encore domestiqué le chien ni mis au point l'agricultureHomo sapiens est alors surtout un chasseur-cueilleur.

Quelques millénaires plus tard, vers 8.000 avant J.C., d'autres Hommes ont soigneusement, et inexplicablement, enterré le site sous une butte de terre de 300 m de large sur 15 m de hauteur. Depuis les années 1960, devenu site archéologique, l'endroit a été baptisé Göbekli Tepe, une expression turque qui peut être traduite par « colline avec un nombril », ou « colline ventrue ». C'est en effet ce que peut évoquer cette butte avec ses constructions dégagées par une excavation grossièrement circulaire.

Un détail de la colonne 8. En bas (b), le renard est interprété comme une constellation. En a et c, les courbes en croissant représenteraient la comète en train de tomber. L’analyse se fonde sur une série de dessins, comparés, statistiquement, aux formes des constellations. © Martin Sweatman, Dimitrios Tsikritsis, Mediterranean, Archaeology and Archaeometry

Que signifient ces gravures vieilles de 13.000 ans ?

La nature de ces ouvrages, alors qu'aucune cité ni société sédentaire ne semblaient établies aux alentours, reste toujours inconnue. Martin Sweatman et Dimitrios Tsikritsis, de l'université d'Édimbourg, viennent de publier une interprétation toute nouvelle des gravures, en partant d'une hypothèse originale : elles représenteraient des constellations. Leur point de départ, expliquent-ils dans la revue Mediterranean Archaeology and Archaeometry, est un bas-relief dessinant un scorpion sur l'une des colonnes, un motif souvent associé à une constellation. Les auteurs conviennent que cet animal peut aussi symboliser bien d'autres choses mais ils ont poursuivi leur idée par une analyse statistique pour voir si les autres dessins, de cette même colonne et d'autres, pouvaient représenter des astérismes, en reproduisant le ciel de l'époque dans cette région. Ils citent Michael Rappenglück, de l'université de Munich, qui a proposé la même interprétation pour les dessins de la grotte de Lascaux. Ils ne citent pas, cependant, Chantal Jègues-Wolkiewiez, qui a fait de même.

Selon eux, les formes géométriques de plusieurs gravures des colonnes 43, datées de 10.950 ans avant J.C. (+/- 250 ans d'après l'article), 2, 18 et 38 pourraient correspondre à celles de constellations. On peut s'étonner de ce que les auteurs, dans leur démonstration, s'appuient sur les constellations que nous connaissons aujourd'hui, alors que ces interprétations sont arbitraires. Elles nous viennent effectivement de loin, bien avant les Grecs, et on en retrouve les traces en Mésopotamie. Peut-on pour autant les faire remonter à -13.000 ans, sans altération de leur forme ?

Une comète, en effet, est peut-être tombée à cette époque

Les auteurs vont plus loin et interprètent des dessins en forme de serpent ou de boucle de ceinture gravés sur la colonne 18 comme la représentation d'une comète traversant l'atmosphère et impactant la Planète. Leur argument principal est que sa datation (environ -13.000 ans, donc) correspond au Dryas récent, un refroidissement brutal de plus d'un millénaire, et terminé tout aussi brusquement. Et, justement, l'hypothèse d'un impact cométaire est toujours en lice pour expliquer cet évènement, qui a provoqué la disparition d'espèce, peut-être des mammouths.

En Amérique du Nord, la civilisation dite de Clovis, a disparu à cette époque, peut-être à cause de ce changement climatique. Dans cette vision, expliquent-ils, la forme en boucle de ceinture figurerait la forme de la boule de feu et le renard une forme de filouterie, à moins qu'il ne représente qu'une constellation. Les auteurs rapprochent d'autres dessins de phénomènes célestes, comme une sorte de croissant qui représenterait l'éclipse temporaire du soleil.

Reste que l'interprétation n'est pas indiscutablement démontrée par cette étude. Comme l'hypothèse des dessins astronomiques dans la grotte de Lascaux, l'idée est séduisante et il est difficile d'imaginer que les humains d'alors étaient indifférents au spectacle du ciel. Si, en plus, une comète venait à s'écraser, il est vraisemblable que l'évènement a marqué les populations pour plusieurs générations. On aimerait, cependant, une démonstration plus solide.

Des cinémas durant la préhistoire ?  Environ 41 % des œuvres pariétales parant les grottes ornées représenteraient des animaux en mouvement. Pour créer des animations, les artistes ont utilisé des techniques graphiques encore exploitées de nos jours. C'est ce qu'explique dans cette vidéo Marc Azéma, de l'université de Toulouse.