Une vue de la surface d'Encelade. © Nasa

Sciences

Océans extraterrestres : la Nasa confirme qu'il y a de l'énergie pour la vie sur Encelade

ActualitéClassé sous :exobiologie , Encelade , cassini

-

La Nasa vient d'annoncer que l'analyse des panaches s'élevant d'Encelade — une lune de Saturne possédant des océans sous une banquise — avait révélé la présence d'une importante quantité d'hydrogène moléculaire. Cet hydrogène peut être transformé en énergie par des formes de vie prospérant autour de sources hydrothermales. Il est probable qu'il en soit de même pour Europe, la célèbre lune glacée de Jupiter.

  • Les panaches s'élevant du pôle sud d'Encelade contiennent 98 % d'eau et 1 % d'hydrogène selon les analyses des données de Cassini. L'hydrogène est sous forme moléculaire (H2) et tout indique qu'il doit être le produit de sources hydrothermales dans les océans de cette lune de Saturne.
  • Cet hydrogène peut servir de source d'énergie pour des micro-organismes vivant dans ces océans mais nous n'avons toujours aucune preuve de leur existence, même si l'on sait maintenant que plusieurs des ingrédients pour la vie (de l'énergie et des matériaux pour construire des molécules organiques) sont bien présents à l'intérieur d'Encelade.
  • Les données de la sonde Galileo, jointes à celles de Hubble, accréditent fortement l'existence de panaches intermittents similaires à ceux d'Encelade sur la lune Europe, en orbite autour de Jupiter.
  • La vie pourrait donc être très répandue dans les océans extraterrestres du Système solaire. Il reviendra à de futures missions de le prouver.

Comme Futura le prédisait, la Nasa vient bien d'annoncer la détection d'importantes quantités d'hydrogène moléculaire (H2) dans les panaches majoritairement constitués d'eau qui s'élèvent d'une région du pôle sud d'Encelade, une lune de Saturne. La découverte a été faite par la sonde Cassini quand elle est passée dans ces panaches en 2015. Elle en a analysé la composition grâce à l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer (INMS), originellement destiné à « renifler » les couches supérieures de l'atmosphère de Titan.

Comme l'expliquent les chercheurs dans un article aujourd'hui publié dans le journal Science, la présence de ce dihydrogène est très certainement le produit d'une chimie équivalente à celle des sources hydrothermales existant au fond des océans sur Terre. Cette molécule proviendrait probablement de la serpentinisation de péridotites, dans la croûte d'Encelade, réagissant avec l'eau chaude qui y circule. Or, sur Terre, cet hydrogène moléculaire est utilisé comme source d'énergie par des micro-organismes vivant au voisinage des sources hydrothermales via une réaction chimique faisant intervenir gaz carbonique dissous dans l'eau et produisant du méthane.

Une vidéo à propos de la découverte de sources hydrothermales sur Encelade. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n’est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l’expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa, JPL-Caltech

Des océans extraterrestres riches en énergie pour la vie dans le Système solaire ?

Cela ne veut pas dire que ces formes de vie existent dans les océans d'Encelade, mais la preuve est faite qu'il y existe très probablement des sources hydrothermales et, surtout, qu'il existe une source d'énergie chimique pouvant permettre à ces formes de vie d'apparaître et de se développer. Nous savons également qu'en plus de contenir 98 % d'eau et 1 % d'hydrogène moléculaire, les panaches d'Encelade contiennent aussi du gaz carbonique, du méthane et de l'ammoniac. Les océans de cette lune de Saturne renferment donc bien les éléments C, H, O et N qui sont à la base des molécules organiques utilisées par le vivant. Il faudrait aussi qu'ils contiennent du soufre et du phosphore mais la cosmochimie du Système solaire implique que le cœur rocheux d'Encelade a dû se former à partir de matériaux météoritiques qui en contiennent.

Alors, ce qui vaut pour Encelade vaut-il aussi pour Europe ? On peut le penser. La Nasa vient d'ailleurs d'annoncer que la présence de panaches sur cette lune de Jupiter est de mieux en mieux attestée par les observations du télescope Hubble.

Une vidéo à propos des panaches d'Europe. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n’est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l’expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa, JPL-Caltech

La région d'où semblent s'élever ces panaches par intermittence coïnciderait avec une région fracturée anormalement chaude apparaissant sur la carte des températures de la surface d'Europe dressée grâce à la défunte mission Galileo. L'exobiologie semble avoir un brillant avenir dans les océans extraterrestres du Système solaire...

Pour en savoir plus

Que va donc révéler la Nasa ce soir ?

La Nasa va faire l'annonce de plusieurs découvertes concernant les océans extraterrestres ce soir à 20 heures. Ces découvertes concernent certainement deux lunes glacées de notre Système solaire : Europe (satellite de Jupiter) et Encelade (qui tourne autour de Saturne). La mission Cassini pourrait-elle avoir découvert des preuves, ou seulement des indices, de l'existence de la vie dans l'océan d'Encelade ?

Ce lundi 10 avril, la Nasa a annoncé qu'elle ferait une conférence ce soir (jeudi 13 avril), à 20 heures, heure de Paris, au sujet de découvertes importantes concernant les océans extraterrestres. Quel suspens ! Enfin... pas vraiment si l'on regarde bien la teneur de l'annonce.

Il y est précisé d'emblée que ces trouvailles proviennent des chercheurs qui utilisent Hubble et de ceux qui sont membres de la mission Cassini. Les deux lunes du Système solaire connues pour leurs océans d'eau liquide sont :

  • Europe, pour Jupiter ;
  • Encelade, pour Saturne.

Il est donc évident que les découvertes en question vont porter sur ces océans. C'est d'autant plus évident que le communiqué de la Nasa laisse entendre que ces découvertes ont des implications directes pour la mission Europa Clipper (le but de cette mission est de faire progresser fortement nos connaissances de la surface d'Europe afin de mieux déterminer son habitabilité).

Rappelons, de plus, que le télescope Hubble a observé, à plusieurs reprises et de plusieurs façons, des geysers d'eau s'élevant d'Europe. Ces geysers pourraient contenir des molécules indiquant qu'il y a bien de la vie dans l'océan d'Europe car les exobiologistes n'ont pas tardé à spéculer sur l'existence de sources hydrothermales dans cet océan, alimentées en énergie par les mêmes forces de marée à l'origine du volcanisme de Io. Or ces sources abriteraient peut-être des formes de vie comme il en existe sur Terre au niveau des dorsales océaniques. Rappelons d'ailleurs que la vie sur Terre est probablement apparue dans de telles sources.

Une vidéo à propos du survol d'Encelade en novembre 2015. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n’est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l’expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa, JPL-Caltech

Beaucoup de dihydrogène détecté dans les panaches d’eau d’Encelade ?

Si l'information révélée il y a quelques jours par le célèbre site Web Astrobiology est correcte, le suspens concernant le contenu de l'annonce de la Nasa ce soir n'en est peut-être même plus un. Les membres de la mission Cassini auraient en effet détecté d'importantes quantités de dihydrogène (H2) dans les panaches d'eau s'élevant également d'Encelade lors du survol rapproché du 28 octobre 2015.

L'objectif était de passer dans ces panaches, à 49 kilomètres d'altitude d'une région du pôle sud où la sonde avait permis de découvrir, il y a 10 ans, une activité cryovolcanique surprenante, pour en préciser la nature. On sait encore peu de choses sur leur composition chimique mais tout porte à croire qu'ils sont bien là aussi la manifestation d'un océan d'eau liquide sous la surface d'Encelade.

Une seconde vidéo sur le survol d'Encelade en novembre 2015. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n’est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l’expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa, JPL-Caltech

Pourquoi Cassini ne peut pas découvrir de la vie sur Encelade

Autant le dire tout de suite, bien que cela puisse faire penser à certaines scènes de 2010 : Odyssée 2, l'adaptation cinématographique du roman d'Arthur Clarke, les instruments de Cassini n'ont pas les moyens de détecter des biosignatures révélant l'existence de formes de vie. Inutile d'espérer voir la Nasa annoncer la découverte de chlorophylle dans les panaches d'Encelade. Tout au plus pourrait-on obtenir des images d'un monolithe noir si la réalité rattrapait la fiction.

En revanche, si la Nasa a bel et bien découvert beaucoup d'hydrogène moléculaire, ce devrait être une signature assez forte et convaincante de l'existence d'une activité hydrothermale dans l'océan d'Encelade. Quelques molécules organiques plus complexes que celles déjà mises en évidence dans un précédent survol à une altitude plus élevée pourraient aussi avoir été détectées. Cependant, il ne sera pas possible d'établir qu'elles résultent de processus qui ne sont pas abiotiques.

Pour trouver de la vie sur Encelade, comme sur Europe, il va falloir attendre une future mission spécifiquement conçue dans ce but.