Grâce à une meilleure compréhension de la synthèse de méthane par les organismes méthanogènes, des chercheurs britanniques espèrent produire bientôt du méthane — de l’énergie donc — à partir de CO2. © animaflora, Fotolia

Sciences

Et si le CO2 devenait une source d’énergie

ActualitéClassé sous :énergie , gaz carbonique , méthane

Par Nathalie Mayer, Futura

Pour limiter les effets sur le climat du dioxyde de carbone (CO2), on peut travailler à réduire son émission dans l'atmosphère. On peut également chercher un usage à ce gaz à effet de serre réputé indésirable. Et pourquoi ne pas en tirer de l'énergie ? C'est l'idée de scientifiques britanniques, qui veulent faire travailler des bactéries.

Les records de concentration en dioxyde de carbone (CO2) dans notre atmosphère ne cessent de tomber, à tel point que le point de non-retour semble atteint. Mais les scientifiques ne sont pas du genre à baisser les bras. En attendant que de vraies mesures de limitation des émissions de CO2soient adoptées et respectées, ils réfléchissent à des solutions alternatives. Comme cette équipe de l'université du Kent (Royaume-Uni) qui cherche à comprendre comment convertir efficacement le CO2 en méthane utilisable pour produire de l’énergie.

Des organismes dits à métabolisme méthanogène pourraient s'en charger. Des bactéries produisent en effet du méthane (CH4) à partir de CO2. Ces organismes seraient même responsables du tiers du méthane rejeté dans notre atmosphère. Mais leur culture — et, de fait, l'industrialisation du procédé — reste compliquée.

Les organismes méthanogènes sont des organismes anaérobies stricts qui meurent en présence de dioxygène. On les trouve, entre autres, dans des milieux extrêmes tels que des déserts, dans des glaces ou, comme ici, dans des geysers. © tpsdave, Pixabay, CC0 Public Domain

Mieux comprendre la biosynthèse du méthane

Ce qui permet à ces bactéries de produire aussi efficacement du méthane à partir de CO2, c'est le cofacteur F430, qui catalyse la réaction. Les chercheurs de l'université du Kent se sont donc naturellement demandé comment les bactéries en question parviennent à synthétiser ce cofacteur. Une question fondamentale dont les implications pourraient être grandes.

Ils sont finalement parvenus à identifier les protéines qui elles-mêmes catalysent la synthèse du cofacteur F430. De quoi espérer concevoir des bactéries tout aussi efficaces dans la conversion de CO2 en méthane, mais bien plus « dociles » et intégrables dans un processus industriel.

Chimie verte : le CO2, une nouvelle matière première ?  Considérations environnementales (et économiques) obligent, l’industrie de la chimie envisage de plus en plus sérieusement de remplacer le pétrole qu’elle emploie en abondance par d’autres matières premières, plus durables. Stéphane Sarrade, directeur de recherche en chimie et génie des procédés, nous explique en vidéo que le CO2 pourrait être de celles-ci. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.