Sciences

Un fœtus fossilisé depuis 40 ans retrouvé dans le ventre d'une femme

ActualitéClassé sous :E2014

Drôle d'histoire que celle qui vient d'arriver à une octogénaire colombienne. Lors d'une radio, les médecins se sont aperçus que ses douleurs aux ventres provenaient d'un fœtus de 32 semaines dont tout le monde ignorait la présence. Conçu il y a plus de 40 ans, celui-ci s'était fossilisé. Un phénomène rare décrit seulement près de 300 fois dans la littérature scientifique.

On a relevé environ 300 cas de fœtus fossilisés, ou lithopédions, dans la littérature scientifique, la grande majorité durant les 60 dernières années. Pourtant, le cas le plus ancien découvert remonterait à plus de 3.000 ans. On peut donc aisément supposer que le phénomène s'est répété à de plus nombreuses reprises dans l'histoire de l'humanité. © Medicalmuseum,; Flickr, cc by 2.0

Une Colombienne de 84 ans vient de vivre une étrange expérience. Se plaignant de douleurs abdominales et à la tête, elle s'est rendue à l'hôpital de Bogóta, où elle a été prise en charge. Point de gastroentérite ni de cancer. Mais une découverte plus qu'improbable révélée par radiographie : les restes fossilisés d'un fœtus de 32 semaines.

Il y a plus de 40 ans, cette femme est tombée enceinte sans le savoir. En a découlé une grossesse extra-utérine qui n'a pas abouti. Mais, logé dans l'abdomen, le fœtus n'a pas pu être expulsé et est resté silencieusement dans l'abdomen. Progressivement, il s'est calcifié.

Des bébés de pierre portés des décennies

Ce phénomène, très rare, était déjà connu des scientifiques depuis 1582, et porte le nom de lithopédion. Une publication dans le Journal of The Royal Society of Medicine de janvier 1996 notait que plus de 290 cas avaient été décrits dans la littérature scientifique. Depuis de nouveaux ont été diagnostiqués, surtout dans les pays en développement où le suivi médical lors d'une grossesse n'est pas toujours bien assuré. La palme revient à une Chinoise de 92 ans qui aurait porté un fœtus fossilisé durant 61 ans, d'après les estimations.

L'octogénaire colombienne s'apprête désormais à subir une opération risquée visant à retirer ce « bébé de pierre » dans un autre hôpital, afin qu'il soit analysé par des spécialistes.