Sciences

Les volcans martiens pourraient se réveiller !

ActualitéClassé sous :Astronomie , tharsis , volcanisme martien

Une étude comparative effectuée entre les volcans de la région martienne de Tharsis et la chaîne volcanique des îles Hawaii suggère une activité intense dans les couches profondes de Mars, avec en prime des propriétés étonnantes, inconnues sur Terre.

Nuages dans la région de Tharsis. Crédit NASA/JPL.
  • Cliquez-ici pour visionner le diaporama photos sur Mars

Les îles Hawaii se sont formées à la suite d'éruptions volcaniques successives en provenance d'un seul point chaud surgi du magma, traversant la croûte terrestre tandis que celle-ci se déplaçait entraînée par la tectonique des plaques, aboutissant à l'alignement que nous pouvons observer aujourd'hui.

Les îles Hawaii, vues par satellite. Crédit Google Earth.

Sur Mars, une chaîne de volcans ressemblent étgragement aux îles Hawaii. Les nouvelles images de la région de Tharsis obtenues grâce aux instruments de Mars Odyssey et Mars Global Surveyor de la Nasa, ainsi que de Mars Express de l'Esa, démontrent une origine commune de la formation de trois des grands volcans qui la composent. La finesse de ces documents permet aujourd'hui de caractériser et dater les flux et écoulements de lave, ce qui n'était pas possible jusqu'il y a peu de temps.

Ainsi, la lave a suinté de fissures parcourant les flancs des cônes volcaniques, et formé des tabliers de lave, dont l'aspect renseigne sur leur âge. Plus leur surface est lisse, plus ils sont anciens, note Jacob Bleacher, un spécialiste en sciences planétaires de l'université d'Arizona  et du centre spatial Goddard de la Nasa. Ascraeus Mons, situé le plus au nord, apparaît le plus jeune, et Arsia Mons, au sud, le plus ancien, tandis que Pavonis Mons est intermédiaire.

A l'instar des îles Hawaii, cette chaîne s'est donc formée au-dessus d'un point chaud unique au fil du temps.

Les volcans de Tharsis vus par Mars Reconnaissance Orbiter. Crédit Nasa

Différentes causes, mêmes effets

Mais la ressemblance s'arrête là, car contrairement à la Terre, la planète Mars n'a pas connu, pense-t-on, de dérive continentale due à la tectonique des plaques, sa faible masse s'étant refroidie trop rapidement. L'hypothèse a cependant été formulée en 2005 à la suite d'observations de Mars Global Surveyor. Elle expliquerait certaines structures martiennes, comme, justement, la ligne de volcans de Tharsis. Mais cet alignement pourrait très bien s'expliquer sans tectonique des plaques...

Les scientifiques imaginent une explication alternative, et postulent que la remontée de magma pourrait s'être d'abord étendue sous la croûte martienne à la façon dont la fumée de cigarette peut s'accumuler localement sous un plafond. Puis, remontant vers une zone de moindre épaisseur donc moins résistante, une partie aurait surgi à la surface, tandis que le reste du magma, toujours alimenté par le manteau, poursuivait sa progression sous-jacente avant de percer la croûte un peu plus loin.

Simulation du magma se répandant sous le "plafond" de la croûte martienne. Crédit Walter S. Kiefer and Amanda Kubala, LPI.

Bleacher précise bien que ce scénario ne constitue pas une explication définitive mais simplement plausible pour expliquer la succession d'événements éruptifs constatés à la surface de la Planète rouge en l'absence de tout mouvement propre à la croûte martienne. Autrement dit, pour deux causes différentes, on obtiendrait le même effet.

Des volcans en sommeil ?

Une autre conséquence d'un tel scénario serait que, alors que les volcans les plus anciens de Hawaii, définitivement éloignés de leur source à la faveur des mouvements tectoniques, se sont endormis à jamais, ceux formant la région de Tharsis resteraient potentiellement actifs et pourraient se réveiller à tout moment.

Si cette hypothèse est correcte, cela pourrait aussi expliquer leur gigantisme. Le plus grand volcan terrestre, Mauna Loa, mesure 97 kilomètres à sa base, alors que chaque volcan de Tharsis fait en moyenne 300 kilomètre de large.