Sciences

Le télescope Gemini Sud comme vous ne l'avez jamais vu

ActualitéClassé sous :Astronomie , ESO , Télescope Gemini

Le projet Gemini compte deux télescopes géants mis en service dans les années 2000. Le premier, le Gemini Nord, se situe à Hawaï, le second au Chili. Leur répartition permet d'étudier le ciel des deux hémisphères. C'est depuis le Gemini Sud que l'ingénieur-astronome Stéphane Guisard a réalisé une étonnante animation vidéo.

Une pose photographique nocturne de 45 minutes révèle les effets de la rotation terrestre sur les étoiles de l'hémisphère sud à l'arrière de la coupole de l'Observatoire Gemini sud. Crédit : Geminy Observatory

A 2.715 mètres d'altitude, dans les contreforts des Andes chiliennes, la falaise du Cerro Pachon accueille depuis 10 ans le Gemini Sud, un observatoire né d'une coopération entre Etats-Unis, Royaume-Uni et Canada. Il dispose d'un télescope dont le miroir de 22 tonnes mesure 8,1 mètres de diamètre pour seulement 20 centimètres d'épaisseur. Un disque mince conçu pour bénéficier d'un système d'optique adaptative qui modifie rapidement le miroir et corrige les déformations d'images provoquées par la turbulence terrestre. L'air très sec du Cerro Pachon permet de conduire des études astronomiques dans les domaines du visible et de l'infrarouge.

Stéphane Guisard est un astrophotographe de renommée internationale. Il est également chef des ingénieurs à l'ESO, l'Observatoire Européen Austral,où il a la responsabilité de la maintenance du VLT (Very Large Telescope) et de son optique adaptative. Stéphane Guisard a réalisé une très belle animation vidéo montrant le Gemini Sud en action.

Inspection du miroir primaire de 8,1 mètres du télescope Gemini avant son montage. Crédit : Geminy Observatory

« Peu de gens ont déjà vu un (très) gros télescope travailler de nuit, confie-t-il. Même les astronomes professionnels ne rentrent plus dans les coupoles des télescopes modernes, et surtout pas la nuit ... Les observations sont communément faites depuis des salles de contrôle chauffées et éloignées des instruments, parfois à des distances de plusieurs milliers de kilomètres. Dans cette vidéo faite chez mes collègues de Gemini South, vous allez découvrir le fonctionnement d'un télescope (miroir de 8 m de diamètre) et de sa coupole. Vous verrez les mouvements du télescope, de l'instrument au foyer Cassegrain, la rotation de la coupole, l'ouverture-fermeture des volets d'aération, les mouvements du pare-Lune, etc. Des choses qui me semblent maintenant évidentes et me sont familières, après quinze ans passés à traîner dans ce genre d'endroit nuits et jours, mais ce n'est évidemment pas le cas de tout le monde et j'espère ainsi faire partager un peu l'ambiance qui règne dans ces grosses coupoles aux accès interdits. »

Stéphane Guisard a donc réalisé deux petits films, tournés en même temps, l'un à l'intérieur de la coupole et l'autre à l'extérieur, qui sont présentés de manière synchronisée. Il a utilisé la technique du time lapse, un procédé qui consiste à réaliser des images (un millier dans le cas présent) à intervalles réguliers et à un rythme beaucoup plus lent que celui du visionnage, ce qui donne une vidéo en accéléré...

La bande sonore est l'œuvre de Valère Leroy : il s'agit d'un accompagnement très libre puisque le télescope et sa coupole sont en fait silencieux. Il n'y a pas de bruits en général à part quelques pompes à vide sur certains des instruments.