Sciences

Un signal radio de puissance inouïe surprend les astronomes

ActualitéClassé sous :Astronomie , Australian SKA Pathfinder , radiotélescope

Jean Etienne, Futura

Une équipe d'astronomes opérant au radiotélescope de Parkes de la CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation), en Virginie occidentale, a détecté une brève émission radio provenant de l'espace profond, dont la puissance défie toute explication.

Le radiotélescope Parkes. Crédit CSIRO.

L'événement s'est produit il y a déjà six ans, mais la puissance du signal était telle qu'il avait été catalogué parmi les émissions parasites d'origine terrestre, et écarté. C'est en reprenant d'anciens enregistrements dans le cadre d'une étude destinée à l'obtention d'une licence à l'université de Virginie occidentale que l'étudiant David Narkevik vient de se rendre compte de son authenticité.

La durée de l'éclair n'a pas excédé 5 millisecondes et son origine se situe à environ 1,5 milliard d'années-lumière de la Terre. Tenant compte de ces paramètres, la quantité d'énergie émise peut être aisément estimée à 1033 joules, ce qui équivaut à la production cumulée d'une centrale électrique de 2.000 MW fonctionnant sans interruption pendant deux milliards de milliards d'années.

"En théorie, le nombre d'événements cosmiques que nous observons à une telle distance s'avère très faible", déclare Matthew Bailes de la Swinburne University à Melbourne, "mais celui-ci était tellement intense qu'il a complètement saturé nos appareils", ajoute-t-il.

Collision d'astres super massifs ?

Quant à l'origine de cette émission d'une intensité peu commune, elle reste un mystère pour l'instant. Le professeur Duncan Lorimer, de l'université de Virginie occidentale, pense qu'elle pourrait résulter de la collision de deux étoiles à neutrons ou du dernier halètement d'un trou noir avant sa disparition complète.

Bien qu'un seul de ces événements d'un type nouveau ait été observé jusqu'à présent, les astronomes estiment qu'il serait parfaitement possible d'en découvrir d'autres, à condition de couvrir une étendue de ciel suffisamment vaste. C'est l'avis du Dr John Reynolds, directeur de l'observatoire Parkes, qui signale que le Australian SKA Pathfinder, un ensemble de 45 radiotélescopes actuellement en construction et qui devrait être achevé en 2012, répondra à ces exigences.

En attendant, les chercheurs dépouillent attentivement les données enregistrées au cours des dernières années par l'instrument de Parkes afin de déterminer si d'autres émissions du même type n'ont pas déjà été enregistrées. En attendant, l'événement évoque irrésistiblement la découverte fortuite des premiers Gamma Rays Bursts (ou GRB) par des satellites militaires dans les années 1970, alors identifiés comme la trace d'explosions d'étoiles très massives en supernova avec formation d'un trou noir.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.