Sciences

Nuit des Etoiles : du 3 au 5 août, fêtez la nuit !

ActualitéClassé sous :Astronomie , Nuits des étoiles , pollution lumineuse

Comme chaque année au mois d'août, les Nuits des Etoiles accueillent petits et grands pour découvrir le ciel. Les 3, 4 et 5 août, les bénévoles de plus de 300 clubs et associations partout en France, en Europe et au Maghreb feront partager leur passion pour l'astronomie. Cette fête populaire est bien entendue gratuite et ouverte à tous.

Les nuits des étoiles 2006 : fêtez la nuit

Au programme de ces Nuits des Etoiles : observations au télescope, expositions, séances de planétarium, conférences, jeux, etc. Des astronomes amateurs vous montreront le ciel et vous conteront l'Univers. Une carte du ciel phosphorescente sera offerte aux visiteurs. Vous trouverez la liste des lieux des animations sur le site du magazine Ciel & Espace.

Le thème de cette seizième édition, "fêtez la nuit", est l'occasion de se pencher sur le problème de la pollution lumineuse. Malheureusement, on ne peut plus vivre l'émotion d'un magnifique ciel étoilé en pleine ville. L'éclairage public, mal conçu (ils éclairent le sol mais aussi le ciel) et gourmand en énergie, ne gêne pas uniquement les astronomes pour leurs observations.

Tout d'abord, la nuit est vitale aux animaux. Soit pour dormir et se reposer, soit pour vivre et chasser comme les espèces nocturnes. Ces dernières sont d'ailleurs très vulnérables du fait de l'éclairage public.

Prenez les oiseaux migrateurs. Certaines espèces voyagent la nuit en se repérant aux étoiles. Du fait de la pollution lumineuse, ces oiseaux se perdent et beaucoup en meurent. Prenez les chouettes hulottes, les lumières les perturbent pour chasser. Prenez les papillons de nuit, désorientés, ils se dirigent souvent vers les sources de lumière artificielle et bon nombre d'espèces risquent de disparaître.

Puis nous aurions certainement tous à gagner à éclairer un peu moins et mieux. L'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) a évalué les économies potentielles d'énergie à 30%. C'est beaucoup lorsque l'on sait que le budget éclairage représente 38% de la note d'électricité d'une commune.

Mais contrairement à d'autres pollutions, la pollution lumineuse peut être supprimée facilement. Il suffirait simplement d'éteindre la lumière. Mais nous n'en sommes pas là. Il faudrait remplacer les lampadaires mal conçus ou obsolètes par de nouveaux, mieux adaptés, pour réduire la lumière envoyée vers le ciel. Et l'on peut imaginer, comme dans d'autres pays, d'éteindre les lumières à certains endroits et à certaines heures (par exemple les buildings aux Etats-Unis).