Sciences

Kepler 22-b : une exoplanète peut-être habitable !

ActualitéClassé sous :Astronomie , exoplanète , exoTerre

-

La Nasa vient de confirmer que Kepler a trouvé sa première exoplanète dans la zone d'habitabilité. Sous réserve que son atmosphère le permette, Kepler 22b est donc peut-être habitable !

Une vue d'artiste de Kepler 22b. © Nasa/Ames/JPL-Caltech

Depuis le début de ses observations en 2009, Kepler voit un nombre grandissant d'exoplanètes potentielles. On en compte actuellement 2.326 dont 207 auraient approximativement la taille de la Terre, 680 seraient des superterres, 1.181 seraient comparables à Neptune alors que 203 ressembleraient à Jupiter ou seraient plus grandes, pour 55 autres.

Kepler 22b est, elle, bien confirmée.

Le télescope Kepler, présenté ici en détails, fait la chasse aux exoplanètes, avec une prédilection pour celles que l'on peut considérer comme habitables. Kepler 22b en est une. © ide.fr-Reuters

Son rayon serait d'environ 2,4 fois celui de notre planète. Mais ce qui est remarquable, c'est qu'en effectuant une orbite en 290 jours autour d'une étoile un peu plus petite que le Soleil, elle se trouve nettement dans la zone d'habitabilité où de l'eau liquide peut exister, comme le montre le schéma ci-dessous.

Comparaison de la taille de Kepler 22b avec les planètes internes du Système solaire. Sont montrées aussi les zones d'habitabilités du Soleil et de Kepler 22. © Nasa/Ames/JPL-Caltech

Kepler 22b, la plus petite des exoplanètes habitables connues

On sait encore peu de choses sur la nature exacte de cette exoplanète gravitant autour d'une étoile située à 600 années-lumière de la Terre. Si on sait que Kepler 22 est de type G dans la classification spectrale des étoiles du diagramme de Hertzsprung-Russell (et donc un peu plus petite et froide que le Soleil), Kepler 22b pourrait être aussi bien une planète océan qu'une Arrakis, par exemple.


Les structures de grandes échelles (étoiles, galaxies et nébuleuses) et de petites échelles (atomes, molécules) ont beaucoup de points en commun partout dans le cosmos. On pourrait croire que l'échelle intermédiaire (l'humain et la vie) se retrouve aussi partout dans le cosmos. Seulement, nous n'avons pas pour l'instant d'autres exemples de vie. La théorie permet tout de même de supposer que la vie existe ailleurs. Extrait du documentaire Du Big bang au Vivant. Plus de détails sur www.dubigbangauvivant.com © ECP Productions/YouTube

Il est donc trop tôt pour savoir si cela vaudrait la peine d'y rechercher des traces d'une forme de vie, par exemple des indications d'activités. Il n'en reste pas moins qu'elle est pour le moment la plus petite exoplanète connue orbitant dans la zone d'habitabilité d'une étoile de type solaire.