Sciences

La galaxie d'Andromède comme vous ne l'avez jamais vue !

ActualitéClassé sous :Astronomie , galaxie d'Andromède , M31

Par Rémy Decourt, Futura

La NASA a rendu publique la vue la plus fine de la galaxie d'Andromède (M-31) dans l'infrarouge obtenue par le télescope spatial Spitzer.

La galaxie Andromède (M-31) vue dans le visible
  • Voir la galerie photo "Galaxies" (dernières images d'Andromède)

Cette vue n'est pas que belle. Elle fourmille de détails à même de mieux nous faire comprendre le passé tumultueux de cette galaxie, voisine de la Voie Lactée et située à quelque 2 millions d'années-lumière de nous. Son aspect est méconnaissable par rapport aux longueurs d'onde du visible. Elle montre la structure même de la galaxie, impossible à voir dans les longueurs d'onde du visible. On y voit de multiples asymétries, une structure spirale complexe et surtout un anneau excentré et riche en formation d'étoiles.

La galaxie Andromède (M31) vue dans l'infrarouge (24 microns)
La galaxie Andromède (M31) vue dans l'infrarouge (24, 70, 160 microns

Cet anneau n'est pas une surprise pour les astronomes. Mais, si par le passé on a toujours pensé qu'il faisait partie de la structure en spirale des bras, force est de constater que ce n'est pas le cas. L'anneau montre une ouverture en en endroit précis, là où ils pensent que la galaxie naine M32 est passée après avoir traversé le disque d'Andromède à grande vitesse.

Cette image infrarouge montre également la poussière et les gaz interstellaires de la galaxie. Les régions centrales apparaissent plus nettes là où l'observation dans le visible est difficile, voire impossible, en raison de la grande concentration d'étoiles.

Le télescope spatial Spitzer

Le télescope spatial Spitzer (observatoire dans l'infrarouge) a été placé sur orbite le 25 août 2003 par une fusée Delta II de Boeing depuis la base américaine de Cap Canaveral (Centre spatial Kennedy). D'une durée de vie opérationnelle d'au moins 2 ans et demi, susceptible d'être portée à 5, Spitzer complète la gamme des grands télescopes spatiaux de la NASA que sont Hubble, Chandra et Compton (désorbité en 2000).

Depuis son orbite héliocentrique, dos au Soleil, il étudiera notamment la formation des étoiles et des planètes. Il observera l'Univers comme il était il y a des milliards d'années et devrait aider les scientifiques à déterminer la façon et le moment dont les premiers objets se sont formés, ainsi que leur composition.

Il sera également capable de découvrir des objets jamais observés auparavant car occultés par la poussière interstellaire comme les étoiles et les galaxies les plus lointaines et observera les objets les plus froids du Système Solaire (planètes externes, astéroïdes et autres petits corps) et les disques de poussière présents autour de jeunes étoiles (disque proto-planétaire).

Le télescope est doté d'un miroir de 85 centimètres et de trois instruments à refroidissement cryogénique : une caméra fonctionnant dans le proche et moyen l'infrarouge, un spectrographe permettant d'analyser l'ensemble des longueurs d'ondes de l'infrarouge et un photomètre pour la collecte d'informations sur la gamme d'infrarouge lointain.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.