Sciences

Dossier : plongée dans la Voie lactée

ActualitéClassé sous :Astronomie , voie lactée , galaxie spirale

Découvrez le dossier « Voie lactée : les mystères d'une galaxie spirale ». La Voie lactée, chemin laiteux d'étoiles dans le ciel nocturne, conserve encore bien des secrets. Matière et énergie noires, trou noir supermassif ou encore propriétés des galaxies spirales comme la Voie lactée sont autant de sujets qui ont vu des progrès scientifiques ces dernières années. Ce dossier donne quelques éléments pour mieux comprendre notre Galaxie.

Quelle est donc cette bande lumineuse qui traverse le ciel ? Même si Démocrite pensait déjà, au Ve siècle avant J.-C., que la Voie lactée était « formée d'astres tout petits et groupés si étroitement qu'ils nous paraissent ne faire qu'un », il a fallu attendre Galilée et sa lunette astronomique pour confirmer cette idée audacieuse.

 

Notre Système solaire fait partie d'une galaxie spirale tout à fait typique, comme il en existe des milliards dans l'univers observable.

 

Comment font les galaxies spirales pour garder leurs bras bien ouverts ? Les astronomes se sont longtemps posé cette question.

 

Nous sommes désormais convaincus de ne connaître qu'une partie infime de l'univers. Déjà, en 1933, Fritz Zwicky remarquait que les galaxies à l'intérieur d'amas (comme l'amas de Virgo, Coma, etc.) étaient agitées de grandes vitesses, beaucoup trop élevées pour que la masse visible de l'amas puisse les retenir par la gravité.

 

Chaque galaxie comporte en son centre un trou noir supermassif, de masse comprise entre un million et un milliard de masses solaires.

 

Les galaxies sont des êtres sociaux, se trouvant la plupart du temps en groupes. Les interactions sont alors fréquentes, et il n'est pas rare que deux galaxies fusionnent pour en former une plus grosse.

 

Pour appréhender encore plus d'aspects de notre Galaxie, découvrez La Voie lactée, aux éditions EDP Sciences, un ouvrage de Françoise Combes et James Lequeux.

 

Une portion de la Voie lactée vue depuis l'observatoire du Cerro Paranal. © Eso, S. Guisard, cc by 3.0