Sciences

En bref : la comète Ison photographiée par le télescope Hubble

ActualitéClassé sous :Astronomie , comète , Ison

Après l'observatoire spatial américain Swift et la sonde Deep Impact, c'est au tour du télescope Hubble de se tourner vers la comète Ison. Cet astre chevelu pourrait devenir aussi brillant que la Lune lors de son passage au périhélie fin novembre.

Le 10 avril 2013, le télescope spatial américain Hubble a photographié à son tour la très médiatique comète Ison. Bien que cette image ait été réalisée en lumière visible, la couleur bleue a été ajoutée pour faire ressortir les détails de la structure de la comète. © Nasa, Esa, J.-Y. Li (Planetary Science Institute), Hubble Comet Ison Imaging Science Team

La comète Ison (C/2012 S1) est actuellement à plus de 600 millions de kilomètres de nous. Ce qui n'empêche pas les astronomes de l'étudier avec attention : après Deep Impact au mois de janvier et Swift voilà quelques semaines, le télescope spatial américain Hubble l'a photographiée le 10 avril dernier. Pourquoi un tel déploiement de télescopes aussi sophistiqués pour un astre aussi lointain, découvert le 21 septembre 2012 par deux astronomes russes qui utilisaient un télescope de 40 cm de diamètre du réseau Ison (International Scientific Optical Network) ?

On sait que cette comète toute neuve (elle vient de s'échapper du nuage d'Oort, un réservoir de corps glacés situé à environ 0,5 année-lumière) passera fin novembre à moins de deux millions de km du Soleil, et qu'elle devrait copieusement dégazer. Certaines estimations laissent entendre que C/2012 S1 (dont l'orbite ressemble étrangement à celle de la Grande Comète de 1680) pourrait alors briller comme la Pleine Lune. Du coup, Ison est devenue l'objet astronomique à suivre en 2013, une année qui pourrait bien être marquée par les comètes, après le passage de Panstarrs au mois de mars.

Bien qu'elle soit actuellement au niveau de l'orbite de Jupiter, la comète Ison est déjà sensible aux effets du Soleil, comme en témoigne la taille de sa chevelure et de sa queue. Les mesures réalisées par le télescope Hubble donnent au noyau de C/2012 S1 une taille de l'ordre de quelques kilomètres, avec une chevelure de 5.000 km de diamètre et une queue de poussière qui s'étend sur 90.000 km. Pour les chercheurs regroupés dans la Comet Ison Observing Campaign (CIOC) qui ont observé un fort dégazage sur la face du noyau de la comète tournée vers notre étoile, une telle activité est incroyablement élevée à une telle distance du Soleil. Les mesures vont se poursuivre pour tenter de prévoir le comportement de C/2012 S1 lors de son passage au périhélie.