Sciences

Space-X réussit le lancement de la fusée Falcon-9

ActualitéClassé sous :Astronautique , SpaceX , Falcon-9

Le premier tir du lanceur Falcon-9, entièrement financé par l'entreprise SpaceX, est un vrai succès, qui inaugure des vols de ravitaillement de l'ISS assurés par des sociétés privées. Premier amarrage à la Station spatiale prévu en 2011.

La première tentative a été la bonne. SpaceX a lancé avec succès Falcon 9, un lanceur lourd qui se veut bon marché. Crédit SpaceX

La société SpaceX, fondée par Eon Musk qui a fait fortune sur Internet (Paypal, c'est lui), a lancé avec succès Falcon-9 pour un premier vol d'essai qui intervient à un moment où Barack Obama a bien du mal à convaincre le Congrès de sa décision d'abandonner le programme Constellation. Ce lanceur pourrait se substituer à la navette pour lancer du fret et des astronautes vers la Station spatiale internationale.

A la différence du lanceur Falcon-1, moins puissant, qui a eu besoin de quatre essais avant de réussir à lancer un satellite, Falcon-9 a démontré que SpaceX a les moyens de répondre aux besoins identifiés par la Nasa dans le cadre du partenariat public privé Cots. Haut d'environ 55 m et large de 3,6 m, ce lanceur est propulsé par dix moteurs-fusées Merlin 1C (neuf pour le premier étage et un pour le second), de 56 tonnes de poussée chacun. Il est théoriquement capable de placer un peu plus de 10 tonnes en orbite basse (LEOLow Earth orbit) et jusqu' à 4,5 tonnes en orbite de transfert géostationnaire (GTO, geosynchronous, ou geostationary transfer orbit). Une version plus puissante triplera les performances en lançant 32 tonnes en LEO et plus de 19 tonnes en GTO.

Falcon 9 a décollé de Cap Canaveral vendredi 4 juin à 18 h 45 TU et largué une maquette de la capsule Dragon. © SpaceX

En juillet, vol d'essai en direction de la Station spatiale

Cet essai réussi ouvre la voie et défriche le terrain pour un secteur privé appelé à jouer un rôle grandissant dans la nouvelle stratégie d'accès à l'espace voulue par Barack Obama. Aux Etats-Unis, l'idée de privatiser complètement ou partiellement des secteurs aussi stratégiques que l'accès à l'espace ou l'action militaire fait son chemin. Reste que si le lancement de fret par une société privée ne rencontre pas de résistance, SpaceX est au centre d'une controverse sur l'utilisation de capacités privées pour lancer des hommes dans l'espace. A suivre donc.

Ce premier vol conforte le planning initial, donné à titre indicatif et qui peut être bouleversé en fonction de l'état d'avancement du programme. Il prévoit quatre vols réussis pour qualifier le lanceur et le proposer à la Nasa pour lancer du fret à destination de l'ISS. Le deuxième tir, premier des trois de vols de démonstration vers l'ISS, est prévu en juillet 2010, le temps d'analyser les données du premier vol et de maîtriser le mouvement de roulis observé peu après l'allumage du deuxième étage.

Ce deuxième vol sera l'occasion de tester une capsule Dragon opérationnelle qui devra se séparer correctement du lanceur et retourner sur Terre en atterrissant dans l'océan Pacifique. Le vol suivant (fin 2010) verra la capsule s'approcher jusqu'à dix kilomètres de la Station sans qu'elle s'y amarre. Quant au troisième vol de démonstration (début 2011), il s'apparente à une véritable mission de ravitaillement, la capsule devant s'amarrer à l'ISS.

Bien que conçu dès le départ pour le transport d'équipage, le système de transport Falcon-9-Dragon sera d'abord utilisé pour transporter du fret. Cependant, SpaceX annonce qu'il pourrait le qualifier pour le vol habité vers 2013. Quant à Dragon, SpaceX planche sur une évolution vers un module scientifique (DragonLab) qui pourrait être utilisé pour réaliser des expériences et des missions en orbite basse autres que celles à destination de la Station.

Il y a plus d'un an, la Nasa a retenu SpaceX et Orbital Sciences pour réaliser des vols de démonstration vers la Station spatiale. Elle a passé avec ces deux firmes des contrats portant sur des services de transport d'une capacité d'au moins 20 tonnes, de façon à ravitailler l'ISS pour la période du premier janvier 2009 au 31 décembre 2016. Concrètement, la Nasa a commandé 8 vols à Orbital Sciences (environ moins de 2 milliards de dollars) et 12 à SpaceX pour un montant de 1,6 milliard de dollars.