Sciences

Des modules gonflables accrochés à l'ISS avec Bigelow Aerospace

ActualitéClassé sous :Astronautique , Nasa , ISS

Pour agrandir la Station spatiale internationale (ISS), la Nasa envisage d'utiliser un module gonflable de la société Bigelow Aerospace. Une extension qui serait également testée en orbite dans d'autres circonstances, notamment sur des véhicules spatiaux ou des éléments d'infrastructures liés à l'exploration humaine.

Dans sa gamme de modules gonflables à l’étude, Bigelow Aerospace a plusieurs modèles en développement. Deux prototypes à échelle réduite ont par ailleurs été lancés en 2006 et 2007 (Genesis I et II). © Nasa, Bigelow Aerospace

Après plusieurs années d'hésitation, la Nasa et Bigelow Aerospace sont arrivés à un accord : la société privée devrait ainsi équiper la Station spatiale internationale (ISS) d'au moins un module gonflable. Ce contrat, d'un montant de 17,8 millions de dollars, a été signé fin décembre. Il ne couvre pour l'instant que des études préparatoires liées à la fabrication du module et à sa conformité aux normes de sécurité de la Station spatiale internationale.

Cet intérêt pour les structures gonflables n'est pas nouveau. Dans les années 1990, la Nasa envisageait déjà d'en utiliser pour un véhicule spatial à destination de Mars. Au début des années 2000, il en était pour la première fois question pour l'ISS. Cette technologie, développée à l'origine par la Nasa dans les années 1960, avait néanmoins rapidement été délaissée au profit de mécanismes et matériaux rigides mieux maîtrisés.

Les ambitions de Bigelow Aerospace sont élevées. La société privée parie sur les modules gonflables qui seraient mieux adaptés pour l'implantation d'avant-postes spatiaux que les structures rigides. © Bigelow Aerospace

Bientôt des modules gonflables pour l’exploration de l’espace ?

De nouvelles découvertes, notamment en électrotechnique, ainsi que le développement de matériaux inédits (composites, films polymères) ont relancé récemment la question de l'usage des modules gonflables, et participeraient à l'amélioration des performances et à la fiabilité lors de leur utilisation. Un regain d'intérêt également dû aux initiatives privées de Bigelow Aerospace et d'ILC Dover, qui comptent sur un débouché commercial pour ce type d'activité spatiale.

Les modules gonflables permettent en effet d'importantes réductions de masse, de volume et de coûts de fabrication par rapport à ceux à base d'alliage, plus traditionnels. Compte tenu de ces qualités, les structures gonflables pourraient ainsi jouer un rôle important à l'avenir, dans le cadre de l'exploration humaine du Système solaire ou du tourisme spatial.

Le projet de station spatiale de Bigelow Aerospace qui serait desservie par des capsules Dragon de SpaceX ou CST-100 de Boeing. © Bigelow Aerospace

La Nasa, en partenariat avec des entreprises privées

Alors que ses budgets ont été réduits, la Nasa compte sur le secteur privé pour sous-traiter à des fournisseurs civils une partie de ses activités concernant l'orbite terrestre basse. Une démarche qui expliquerait l'accord signé avec Bigelow Aerospace. Après lui avoir cédé certains de ses brevets concernant les structures gonflables, la Nasa pousse encore l'entreprise à poursuivre ses efforts : une forme de mutualisation des recherches, dans une filière à l'avenir prometteur.

Ce contrat pourrait bien redynamiser l'activité de Bigelow Aerospace, qui prévoit la commercialisation de séjours touristiques et scientifiques à bord de sa future station spatiale faite de modules gonflables. Une station qui serait desservie par les capsules CST-100 de Boeing, et Dragon de SpaceX.