Devant le coût et la difficulté d’une mission habitée vers Mars, les principales agences spatiales ont convenu de réaliser cet effort ensemble. Pour y parvenir, elles ont décidé de planifier et réaliser d'abord une série de missions habitées et robotiques pour démontrer la faisabilité d’envoyer des Hommes sur Mars à l’horizon 2030. © 2003 John Frassanito & associés

Sciences

Exploration martienne : une feuille de route pour atteindre Mars en 2030

ActualitéClassé sous :Astronautique , ISECG , vols habités

Malgré quelques projets ici ou là, cinquante ans après l'envoi du premier humain dans l'espace, aucun plan concret d'une mission vers Mars ne se met en place. Une certitude : il faudra regrouper les efforts de nombreux pays. Les principales agences spatiales veulent tracer une feuille de route commune.

Sous l'égide de l'ISECG (International Space Exploration Coordination Group), dix agences spatiales se sont réunies cet été au Japon, à Kyoto, pour discuter d'une feuille de route afin d'élaborer une vision commune de l'exploration de l'espace en planifiant les besoins pour atteindre Mars. Cette feuille de route détaille les technologies à développer, comme le système de transport spatial, les habitats et précise les objectifs à remplir, comme assurer la santé des astronautes, la sécurité des activités extravéhiculaires et l'utilisation des ressources sur place.

Les agences spatiales d'Italie, de France, du Canada, d'Allemagne, du Japon et de la Corée du Sud, des États-Unis, de la Russie, de la Grande-Bretagne et de l'Europe ont participé à son élaboration. Bien qu'elles n'aient pas été représentées à Kyoto, les agences spatiales de l'Inde et de l'Ukraine ont également participé à son écriture. Manquait à l'appel la Chine.

Ce n’est qu’après une série de missions robotiques et habitées proches de la Terre (Lune, astéroïdes) que nous serons fixés sur nos capacités à envoyer des Hommes sur Mars. © Nasa

Objectif Mars

Pour atteindre Mars, les agences spatiales sont conscientes que seul un effort international et coordonné permettra d'y parvenir. Pour réaliser l'objectif d'envoyer un Homme sur Mars à l'horizon 2030, une série de missions intermédiaires robotiques et humaines sera nécessaire vers la Lune ou un astéroïde. Deux approches sont donc envisagées : Asteroid Next qui consisterait à envoyer des Hommes sur un astéroïde et Moon Next, qui verrait le retour de l'Homme sur la Lune. Chacune de ces options doit permettre aux agences spatiales d'acquérir progressivement les technologies indispensables.

Astéroid Next prévoit l'envoi d'une première mission entre 2025 et 2028 pour tester un habitat de l'espace profond puis suivront deux missions habitées de quatre astronautes à destination d'astéroïdes entre 2028 et 2033. Quant à Moon Next, la stratégie de retour sur la Lune, elle consisterait en cinq longs séjours pour des équipages de quatre personnes entre 2020 et 2030, suivis d'au moins une mission vers un point de Lagrange et d'une rencontre avec un astéroïde proche de la Terre. Les missions lunaires se concentreront sur l'exploration polaire, régions qui semblent les mieux adaptées pour implanter des bases.

L'autre point important de cette feuille de route est qu'elle conditionne sa réussite à la planification d'une multitude de missions robotiques en préalable à l'envoi d'humains vers la Lune, Mars ou des astéroïdes. Si l'objectif premier sera de tester des technologies, ces missions auront un important volet scientifique axé sur la recherche de la vie extraterrestre, éteinte ou active, ainsi que l'identification des destinations du Système solaire capables de soutenir la vie.