Lors de son vol inaugural, le futur lanceur lourd de la Nasa, enverra un véhicule Orion inhabité faire un vol autour de la Lune. Mais pas seulement. La Nasa va également embarquer gratuitement 13 CubeSats qui ont été choisis en raison de leurs objectifs audacieux et les innovations qu'ils embarquent, aptes à réduire les coûts de l'exploration robotique. © Nasa, Droits réservés et montage R. Decourt

Sciences

Deux CubeSats à destination de la Lune avec de l'eau comme carburant !

ActualitéClassé sous :Astronautique , Exploration robotique , CubeSat

Le doux rêve de l'eau utilisée comme carburant va peut-être devenir réalité sur Terre. C'est du moins le but d'une équipe d'étudiants de l'université de Cornell, les Cislunar Explorers, qui font le pari d'envoyer à destination de la Lune deux CubeSats dont le système de propulsion fonctionnerait à l'eau.

Pour voir émerger des solutions innovantes dans le domaine de l'exploration spatiale et intéresser étudiants et ingénieurs américains à la chose spatiale, la Nasa a mis sur pied le concours Cube Quest Challenge. L'idée est de faire émerger des solutions innovantes qui seront mises en pratique avec des CubeSats. Doté de 5 millions de dollars de prix, répartis en plusieurs lots, ce concours permettra également à trois projets de faire voler dans l'espace ou à destination de la Lune leurs petits satellites. Ils seront tous lancés en 2018, à bord du futur lanceur lourd de la Nasa, le SLS, lors de son vol inaugural qui emportera le véhicule Orion pour son deuxième vol d'essai inhabité.

L’élément le plus abondant sur Terre comme carburant

Parmi les prétendants à ce challenge, on citera le projet Water-Propelled Cubesat to Orbit Moon, porté par une équipe d'étudiants de l'université Cornell et épaulé par Mason Peck, un ancien de la Nasa et professeur agrégé de génie mécanique et aérospatial (Cislunar explorers). Elle fait deux paris. D'être la première à envoyer un CubeSat autour de la Lune et de tester avec succès un système de propulsion fonctionnant avec de l'eau. Un défi assurément audacieux. Prouver la capacité à utiliser les ressources disponibles sur d'autres objets du Système solaire et ainsi mettre fin à notre dépendance à l'égard des technologies liées à la Terre pour l'exploration, ce qui serait un pas énorme pour la conquête de l'espace.

Les deux CubeSat en forme de L du projet Water-Propelled Cubesat to Orbit Moon. © Cislunar Explorers

Cette mission prévoit le lancement de deux CubeSats en forme de L. L'idée de ces étudiants est simple. Avec de l'énergie produite par le Soleil, l'eau stockée dans les réservoirs des CubeSats, situés au fond du L, serait décomposée en gaz d'hydrogène et d'oxygène, un mélange utilisé pour lancer l'Ariane 5 d'Arianespace. Dans le cas de ces deux Cubesats, la combustion ne sera évidemment pas continue, sinon quelle révolution technologique, mais saccadée avec des intervalles de 30 à 60 minutes.

Lors de son vol inaugural, le SLS emportera 10 autres CubeSats aux objectifs tout aussi audacieux liés pour l'essentiel à l'exploration de la Lune. On citera en exemple NEA Scout qui utilisera une voile solaire pour rejoindre un astéroïdeBio-Sentinel qui exposera à l'environnement spatial des cultures (des spores et autres levures) pour étudier leur évolution sur le long terme au cours de voyages spatiaux. Et aussi Lunar IceCube qui ira chercher de l'eau au fond des cratères lunaires du pôle sud, Luna HMap qui aura pour mission de cartographier la présence d'hydrogène sur la face cachée de la Lune et dans les cratères du pôle sud.