Sciences

Ce soir, premier lancement de l'année d'une fusée Ariane

ActualitéClassé sous :Astronautique , Ariane 5 ECA , accès à l'espace

Après une interruption de six mois en raison de l'absence de satellite à lancer, Ariane 5 est de nouveau sur son pas de tir. Pour son premier vol de l'année, le lanceur leader du marché doit placer en orbite deux satellites, dont l'Athena-Fidus franco-italien. Ce satellite de télécommunications très haut débit servira aux forces armées et aux services de sécurité civile des deux pays.

La première Ariane destinée à être lancée en 2014 en route vers son pas de tir. À son bord, les satellites ABS-2 et Athena-Fidus. © Arianespace

Après une année 2013 marquée par le lancement de seulement quatre Ariane 5, Arianespace veut en tirer pas moins de 12 cette année. Un pari audacieux qui semble difficile à tenir. Au mieux, la société européenne pourrait tirer dix Ariane, ce qui serait déjà très bien. Pour rappel, sept Ariane 5 ont été lancées en 2009, six en 2010, cinq en 2011 et sept en 2012.

Ce premier lancement de l'année verra la mise en orbite des satellites de télécommunications ABS-2 de la société ABS (Asia Broadcast Satellite) et Athena-Fidus, pour le compte des agences spatiales et des ministères de la Défense français et italiens. ABS-2 sera l'un des plus puissants satellites de l'hémisphère est, et le satellite Athena-Fidus se caractérise par une conception très poussée dans son architecture. Elle réussit à faire cohabiter deux charges utiles totalement indépendantes dans leur fonctionnement sur une même plateforme. Nous y reviendrons prochainement plus en détail.

Initialement prévu le 23 janvier, ce tir avait été reporté en raison du changement nécessaire d'un équipement sur le lanceur. Si les conditions météorologiques sont favorables, le décollage de cette Ariane 5 ECA est prévu ce soir, le plus tôt possible à l'intérieur d'une fenêtre de tir s'ouvrant à 21 h 30 (heure métropolitaine) et se fermant à 23 h 35. Pour cette mission, la performance demandée au lanceur est de 10.214 kg, dont 9.409 kg pour la masse des satellites Athena-Fidus et ABS-2 à séparer sur l'orbite visée. On est près du record atteint lors du lancement VA 212, le 7 février 2013, des satellites Africasat-1A et Amazonas-3 (10.317 kg).

Les deux satellites installés dans le lanceur Ariane 5 dans une configuration de lancement double. Sur les deux images, ABS-2, en position haute, est déposé au-dessus d'Athena-Fidus, en position basse. © Esa, Cnes, Arianespace, service optique CSG

Deux satellites à placer sur une orbite de transfert géostationnaire

D'une masse au lancement d'environ 6,3 tonnes, ABS-2 est construit autour de la plateforme FS-1300 de Space Systems/Loral. Il comprend 51 répéteurs en bande Ku, 6 en bande Ka et 32 en bande C. Depuis sa position orbitale à 75° E, ABS-2 fournira des services de télécommunications, de télévision directe (DTH), d'applications dans le multimédia et de transmissions de données sur l'Afrique, l'Asie, la CEI, l'Europe et le Moyen-Orient.

Ce satellite complétera la constellation ABS, qui compte cinq satellites en activité à partir de trois positions orbitales distinctes. Il devrait, à terme, avec ABS-2A, remplacer ABS-1, ABS-1A et ABS-2i. Sa durée de vie attendue est supérieure à 15 ans.

Quant à Athena-Fidus, il s'agit d'un satellite « dual» (civil et militaire)réalisé en coopération par la France et l'Italie. Il représente la concrétisation de la première coopération européenne (franco-italienne) dans le domaine des télécommunications spatiales militaires et duales. Construit autour de la plateforme Spacebus 4000B2 de Thales Alenia Space, ce satellite de trois tonnes fournira des services de télécommunications à très haut débit aux ministères de la Défense français et italien, ainsi qu'aux acteurs institutionnels de la sécurité de ces pays (sécurité civile et sécurité intérieure : police, pompiers, carabiniers). Pour cela, il sera doté de plusieurs antennes et de 23 répéteurs en bande Ka.