Le plus vieux village d'Amérique du Nord vient d'être découvert. Ici, un paysage en Colombie-Britannique, au Canada. © lightphoto2, Fotolia

Sciences

Le plus vieux village d'Amérique du Nord vient d'être découvert

ActualitéClassé sous :archéologie , anthropologie , Homme

Par Xavier Demeersman, Futura

Sur une petite île du territoire revendiqué par la nation Heiltsuk, au large de la Colombie-Britannique, au Canada, des restes d'un campement vieux de 14.000 ans ont été retrouvés. Cette découverte témoigne d'un peuplement de l'Amérique plus ancien qu'on ne le pensait.

Des restes d'un campement humain datés de 14.000 ans ont été découverts sur la petite île du Triquet, située au nord de Vancouver, près des côtes de la Colombie-Britannique (ouest du Canada). Les fouilles dans le paléosol ont permis de trouver, autour des restes d'un foyer, divers artefacts comme des outils en bois sculptés.

C'est la datation des quelques échantillons de charbons qui a permis à l'équipe d'archéologues et d'anthropologues de dater l'occupation de ce site. Il s'agit du plus ancien témoignage de peuplement de l’Amérique. Une découverte majeure qui, une fois de plus, relance le débat, vieux de plusieurs décennies, quant à la date d'arrivée des premiers humains sur le continent.

De gauche à droite, John Maxwell, Alisha Gauvreau et Seonaid Duffield sur le site de fouille de l’île du Triquet, en Colombie-Britannique. © Joanne McSporran

Un site connu dans l’histoire plurimillénaire des Heiltsuk

Selon l'hypothèse la plus souvent évoquée, les colons venus d'Asie auraient emprunté un corridor de terre ferme dans le détroit de Béring, lorsque le niveau des océans était plus bas, du fait de la glaciation, pour ensuite gagner l'Alaska puis le centre du Canada.

Cette récente découverte favorise toutefois une théorie alternative : les premiers habitants seraient venus par bateaux. « Au regard de notre site, il apparaît évident que ces personnes étaient plutôt des chasseurs de mammifères marins », a déclaré à CBC News Alisha Gauvreau, étudiante en doctorat à l'université de Victoria, qui a conduit ces fouilles avec une équipe du Hakai Institute et des membres de la nation Heiltsuk.

L'île est sur leur territoire revendiqué et, justement, il y est fait allusion dans un récit vieux de plusieurs millénaires. « L'histoire orale des Heiltsuk parle d'une bande de terre dans la zone où les fouilles ont eu lieu, a expliqué William Housty, un de leurs descendants. C'était un endroit qui ne gelait jamais durant l'ère glaciaire et où nos ancêtres affluaient pour survivre ».

Pour lui et son peuple, cette découverte apporte des éléments matériels complémentaires à leur histoire. « Nous avons une histoire soutenue par la science et l'archéologie occidentales », a-t-il fait savoir. Autant d'arguments qui leur permettront de mieux renégocier leurs droits.