Vingt-sept statues de la déesse Sekhmet ont été découvertes en Égypte. Ici, la tête d’une statue de la déesse Sekhmet, datant du règne d’Amenhotep III. © Sotheby’s

Sciences

Égypte : découverte de 27 statues de la déesse Sekhmet

ActualitéClassé sous :archéologie , égyptologie , recherche

Pas moins de 27 statues de Sekhmet, dont certaines mesurent jusqu'à deux mètres, viennent d'être découvertes à Louxor, en Égypte. Personnifiant la chaleur destructrice du soleil, la déesse à tête de lionne était autrefois redoutée.

Une collection de 27 statues fragmentées de la déesse égyptienne à tête de lionne Sekhmet a été découverte près des colosses de Memnon, à Louxor, en Égypte, a annoncé ce dimanche le ministère des Antiquités. Cette découverte a eu lieu durant une fouille effectuée par une mission archéologique égypto-européenne, dans le cadre du projet de conservation du temple du roi Amenhotep III, l'un des plus importants pharaons de l'Égypte ancienne. Les fouilles ont débuté le 7 novembre et duré jusqu'à la fin du mois, a indiqué à l'AFP Hourig Sourouzian, qui dirige la mission.

Selon Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités, certaines statues représentent la déesse Sekhmet « assise sur le trône, tenant le symbole de la vie dans sa main gauche, ou debout et tenant le sceptre de papyrus devant sa poitrine », a indiqué le communiqué du ministère. « L'état de conservation des statues est variable », a précisé Hourig Sourouzian. Certaines, trouvées dans les couches supérieures de la terre, sont en bon état.

287 statues de Sekhmet découvertes en 20 ans

Ces statues sont sculptées dans le granite noir et mesurent parfois jusqu'à deux mètres, selon Mostafa Waziri. Déesse lionne, « œil agissant » du soleil, Sekhmet, fille de Rê, personnifie sa dynamique destructrice. Elle était redoutée de ses ennemis à cause de sa puissance dévastatrice.

La mission dirigée par Hourig Sourouzian a découvert à ce jour 287 statues de Sekhmet, depuis le début des fouilles en 1998. Louxor, ville d'un demi-million d'habitants sur les rives du Nil, en Haute-Égypte, abrite les restes archéologiques de l'antique capitale égyptienne de Thèbes.

Pour en savoir plus

Découverte de 17 statues de Sekhmet en 2006

Article de Christophe Orly publié le 15 mars 2006

17 statues de la déesse de la guerre Sekhmet, au corps de femme et à la tête de lionne. Telle est l'étonnante découverte d'une équipe d'archéologues allemands, qui réalisaient des travaux de restauration dans le temple du pharaon Amenhotep III, dans la ville de Louxor.

Ils remettaient en état le temple d'Amenhotep III, sur la rive ouest de Louxor, quand ils ont croisé le regard de la déesse de la guerre Sekhmet. Hautes d'un peu moins de deux mètres et bâties dans le granit noir, les statues qu'ils ont exhumées représentent la femme à tête de lionne sise sur un trône, portant la clé de vie (symbole Ankh) dans sa main gauche.

Photo distribuée le 6 mars 2006 par le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes après la découverte à Louxor, en Haute-Égypte, d’une statue en granite noir représentant la déesse Sekhmet. © Egyptian Supreme Council Of Antiquity, AFP

Cette découverte archéologique fait suite à l'exhumation, la semaine dernière, de six premières statues de Sekhmet. Cette déesse, symbolisant la guerre et la vengeance, représentait également la puissance du soleil. Les égyptiens lui conféraient la faculté de faire proliférer les maladies, et lui octroyaient également le pouvoir de guérison.

D'après les premières conclusions, c'est la perspective d'une telle guérison qui aurait poussé le pharaon Amenhotep III à rassembler un nombre si impressionnant de statues de Sekhmet dans son temple. En effet, il souffrait, entre autres, de rages de dents... Cette nouvelle découverte porte à 30 le nombre de statues découvertes dans le temple.