La cinquième tentative de récupérer l'étage principal du Falcon 9 sur une barge en pleine mer aura été la bonne. Elle a eu lieu le 8 avril 2016. © SpaceX

Sciences

SpaceX récupère enfin l'étage principal du Falcon 9 en mer

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , SpaceX , Falcon 9

Aux États-Unis, les nouveaux pionniers du spatial font parler d'eux. Peu après le succès du troisième vol suborbital du New Shepard, de Blue Origin (la société créée par Jeff Bezos), son concurrent, SpaceX (de Elon Musk), vient de réaliser un exploit. En effet, après cinq tentatives, l'entreprise a enfin réussi à faire atterrir intact sur une barge en pleine mer l'étage principal de son lanceur, le Falcon 9.

SpaceX a repris ses vols à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Une capsule Dragon y est arrivée ce dimanche avec à son bord 3,175 tonnes de vivres et de fret ainsi que le module gonflable Beam, de 1,413 tonnes, fabriqué par la société Bigelow. Elle a été amarrée au complexe orbital sur le module Harmony. Six véhicules spatiaux sont dès lors reliés à l'ISS, et ce pour la deuxième fois seulement de son l'histoire. On compte, en plus de la capsule Dragon, deux Soyouz, deux Progress et le cargo Cygnus - ce dernier a été développé par la société américaine Orbital ATK et est arrivé le 26 mars ; son but est également de livrer des provisions et du matériel scientifique.

Toutefois, ce qui a retenu le plus l'attention n'est pas l'envoi de la capsule Dragon mais plutôt la récupération réussie, sur une barge en pleine mer, de l'étage principal du lanceur Falcon 9 après cinq tentatives. SpaceX avait bien réussi à récupérer cet étage intact au mois de décembre, mais il avait atterri sur la terre ferme.

Le fondateur de la société, Elon Musk (également cofondateur de PayPal et Tesla Motors), avait annoncé le succès de dimanche bien avant le décollage du lanceur. Il avait en effet expliqué que toutes les conditions étaient réunies pour le récupérer, compte tenu d'un surplus de performance important et des conditions météorologiques favorables.

Premier appontage et récupération réussis de l’étage principal du Falcon 9 de SpaceX sur une barge en pleine mer. © SpaceX

Deux minutes trente après son décollage de Cap Canaveral, en Floride, l'étage principal s'est séparé de l'étage supérieur du Falcon 9. Puis, après une délicate manœuvre de retournement à une centaine de kilomètres d'altitude, il a amorcé sa descente et son freinage pour venir se poser en douceur, six minutes plus tard, sur la barge baptisée Of Course I Still Love You (qui signifie « Évidemment je t'aime encore »).

Un lanceur réutilisable pour réduire les coûts de l’accès à l’espace

Ce nouveau succès démontre que SpaceX maîtrise la technologie du retour contrôlé de son étage. Cela dit, tout le pari d'Elon Musk reste de démontrer que la réutilisabilité de cet étage et de ses neuf moteurs est économiquement viable, ce qui n'est pas encore gagné. En effet, il faut encore que les coûts de la remise en état de l'étage (notamment la vérification et la certification des neuf moteurs) et de son utilisation pour un autre lancement soient inférieurs à ceux de deux lancements différents.

Dans le courant de l'année, SpaceX devrait réutiliser un des étages récupérés lors d'un lancement commercial. Il sera proposé à un prix très attractif. SES, l'opérateur luxembourgeois de satellites, est intéressé pour être le premier client de ce lancement qui ouvrira une nouvelle ère de l'accès à l'espace.

Quant à Arianespace, la réutilisabilité n'est pas à l'ordre du jour. Techniquement, Airbus Defence and Space, qui construit Ariane 5 et développe Ariane 6, en est capable. Cependant, à chaque lancement d'une Ariane 5, le lanceur est utilisé au maximum de ses capacités ; il n'y a donc pas de surplus de performance suffisant pour ramener au sol l'étage principal. Ce n'est pas le cas du Falcon 9 qui utilise une grande partie de ses ergols pour ramener au sol son étage. Une stratégie qui restreint la masse de la charge utile transportée par le lanceur et le restreint à des charges utiles de deux à trois tonnes.

L'intérêt économique de rendre partiellement réutilisable le Falcon 9 sera dérisoire mais la mise sur le marché du lanceur Falcon Heavy constitue quant à elle une proposition infiniment plus crédible. En version réutilisable, ce lanceur à trois étages sera capable de transporter des satellites de plus de 5 tonnes et de concurrencer Arianespace dans le cœur de son marché.