Lancement en novembre 2013 de la sonde Maven à destination de Mars. Ce lanceur sera également utilisé pour lancer le cargo Cygnus d'Orbital Sciences à destination de la Station spatiale internationale. © Nasa, ULA

Sciences

Orbital Sciences remplace son lanceur Antares par un Atlas V

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , cargo spatial , ravitaillement de la Station

L'explosion du lanceur Antares et la perte du cargo Cygnus ont montré combien il est indispensable à la Nasa de diversifier ses fournisseurs et les sources d'approvisionnement pour ravitailler la Station spatiale internationale. Pour Orbital Sciences, qui doit honorer une commande de huit vols Cygnus (deux déjà réalisés), la continuité du service sera assurée : l'entreprise a en effet trouvé un lanceur de remplacement.

Il y a quelques semaines, le cargo Cygnus à destination de la Station spatiale internationale explosait moins de quinze secondes après le décollage de son lanceur. En cause, la panne de l'un des deux moteurs d'origine russe du premier étage d'Antares qui a nécessité l'autodestruction du lanceur. Conséquence directe, la flotte des cargos spatiaux Cygnus que doit livrer Orbital Sciences à destination de l'ISS est clouée au sol. Ces vols de ravitaillement de la station spatiale se font dans le cadre d'un contrat signé entre la Nasa et Orbital Sciences qui prévoit huit vols de Cygnus pour un montant de 1,9 milliard de dollars.

Après deux missions réussies, en septembre 2013 et janvier 2014, cette troisième mission était la dernière en configuration standard avant l'entrée en service de la version améliorée dont la capacité d'emport s'élève à 2.700 kg, contre 2 tonnes pour la précédente. Pour reprendre ses vols au plus vite et compte tenu du fait que la version du lanceur Antares qui a explosé devait être utilisée pour la dernière fois, Orbital Sciences a décidé d'utiliser un autre lanceur.

Malgré ce que laissent penser les images, l'explosion du lanceur Antares a peu endommagé son pas de tir. © Orbital Sciences

Garantir la continuité du service

Son choix s'est porté sur une fusée Atlas V de United Launch Alliance (ULA) mais l'entreprise avait semble-t-il approché auparavant SpaceX et Arianespace pour fournir un service de lancement. Il aurait été intéressant de voir décoller depuis Kourou un cargo Cygnus dont le module de fret est construit par Thales Alenia Space ou lancé par un Falcon 9 de SpaceX, le concurrent direct d'Orbital Sciences pour le transport de fret à destination de l'ISS...

Un contrat de lancement a donc été signé avec ULA pour un autre tir. Tel que planifié et en tenant compte des créneaux de lancement à destination de l'ISS, le tir est prévu pour la fin du du quatrième trimestre de 2015 depuis cap Canaveral, en Floride. L'hypothétique second lancement serait prévu au premier semestre 2016.

Pour ULA, c'est évidemment un coup commercial. Bien que cette société soit peu présente sur le marché du lancement, que domine Arianespace (lanceurs préemptés par le gouvernement américain), un tel contrat montre sa flexibilité : malgré un calendrier des lancements très chargé, ULA prouve qu'elle peut s'adapter rapidement à une demande de dernière minute.

Pour Orbital Sciences, c'est également une bonne affaire. Avec ce lanceur, la firme de Dulles gagne en puissance par rapport à Antares. Cela va lui permettre d'augmenter d'environ 35 % la masse de fret embarqué à bord de Cygnus et de respecter le contrat avec la Nasa avec seulement sept vols au lieu de huit et sans coût supplémentaire.

De toutes les versions que compte l'Atlas 5, c'est la 401 qui sera utilisée pour le lancement du Cygnus : 4 pour le diamètre de la coiffe, 0 pour le nombre de propulseurs d'appoint et 1 pour le nombre de moteurs de l'étage supérieur. Il s'agit de l'un des lanceurs les plus fiables au monde, utilisé depuis le début des années 2000 par le département de la Défense et la Nasa. On doit à cette version 401 les lancements en direction de la Lune de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter, ainsi que les missions martiennes Mars Reconnaissance Orbiter et Maven. Elle a également lancé les deux derniers satellite de suivi et de relais de données de la série TDRSS. Enfin, l'US Air Force l'utilise pour le lancement du X-37B.