Une Ariane 5 ES, c’est-à-dire sans l’étage supérieur ECA, au décollage avec à son bord quatre satellites de la constellation Galileo (novembre 2016). © Cnes, ESA, Arianespace, Optique Vidéo CSG, S. Martin, 2016

Sciences

Ariane 5 : septième et dernier lancement de l’année ce soir

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , Arianespace , Ariane 5

Pour la deuxième fois de l'année, Arianespace doit mettre en orbite deux satellites construits par SSL (Space Systems Loral) à bord du même lanceur Ariane 5. Avec ce lancement prévu ce soir, Arianespace vise un 76e succès d'affilée pour Ariane 5, une performance inédite dans l'histoire des lanceurs.

Pour son dernier lancement de 2016, Arianespace doit mettre en orbite les satellites de télécommunications StarOne D1 et JCSAT-15, tous les deux construits par SSL (Space Systems Loral). Pour cette onzième mission de l'année, une Ariane 5ECA sera utilisée. Ce sera le 90e vol d'une Ariane 5 et le septième pour cette année 2016. Il intervient après une série inédite dans le transport spatial de 75 succès consécutifs d'Ariane 5.

Pour cette mission, la performance demandée au lanceur est de 10.722 kg, très proche du record de charge utile lancée dans l'espace par Ariane 5 (10.730 kg). StarOne D1 représente 6.433,1 kg et JCSAT-15, 3.407,5 kg. Les satellites sont à séparer sur l'orbite visée avec un périgée de 250 km et un apogée de 35.905 km à l'injection, incliné à 6°. Son décollage depuis le Centre spatial guyanais de Kourou est prévu ce soir, mercredi 21 décembre, le plus tôt possible à l'intérieur d'une fenêtre de tir qui s'ouvre à 20 h 30 et se ferme à 21 h 45, heure de Paris (à suivre en direct ici).

Lancement d'Ariane 5 du 9 mars 2016. © CGS, Arianespace, Cnes, ESA

En 2016, Ariane 5 enchaine record sur record

Construit par Space Systems Loral à partir d'une plate-forme 1300, le satellite StarOne D1 est équipé de 70 répéteurs actifs en bande Ka, C et Ku. Depuis sa position orbitale à 84° ouest, il offrira des services sur le Brésil, l'Amérique latine, l'Amérique centrale, le Mexique et la région des Caraïbes. Sa durée de vie attendue est supérieure à 15 ans.

En ce qui concerne JCSAT-15, également construit à partir d'une plate-forme 1300, il est équipé de 26 répéteurs en bande Ku. Il évoluera depuis sa position orbitale à 110° est et fournira des services de communications pour le Japon et aussi de communications maritimes et aéronautiques sur l'Océanie et l'océan Indien. Sa durée de vie attendue est également de 15 ans.

Les précédents records d'Ariane 5 dataient du 24 août 2016 avec une charge utile de 10.735 kg, dont 9.853 kg pour les satellites Intelsat 33e (6,6 tonnes) et Intelsat 36 (3,2 tonnes), et le 20 juin 2016, avec le lancement du satcom EchoStar XVIII (6.300 kg) et du satellite de communications bancaires BriSat (3.540 kg) représentant une performance globale de 10.730 kg (vol VA 234).

Avant cette date, le 7 février 2013, une Ariane 5 amenait sur une orbite de transfert géostationnaire 10.500 kg, représentant la masse des satellites Amazonas 3 et Azerspace Africasat, respectivement 6.265 kg et 3.238 kg (vol VA 212). Le précédent record était alors détenu par le vol VA 208 (août 2012) avec une performance de plus de 10 tonnes (10.182 kg), dont 6.094 kg représentant la masse d'Intelsat 20 et 3.311 kg, celle de Hylas 2.