Pour son quatorzième décollage depuis le Centre spatial guyanais de Kourou, le lanceur russe Soyouz a emporté une charge de plus de trois tonnes, dont 2.164 kg pour le satellite Sentinel-1B, 303 kg pour Microscope et trois petits kilogrammes pour les CubeSats OUFTI 1, e-st@r-II et AAUSAT 4 du programme Fly Your Satellite ! © 2016, Esa, Cnes, Arianespace, Optique vidéo du CSG, G. Barbaste

Sciences

Après trois reports, Soyouz a enfin lancé Sentinel-1B et Microscope

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , Sentinel 1 , Sentinel 1B

Initialement prévu vendredi dernier et après trois reports, le lanceur Soyouz a finalement décollé cette nuit. Le satellite Microscope va vérifier un point clé de la relativité générale d'Einstein et Sentinel-1B va rejoindre son frère Sentinel-1A pour mieux observer la Terre.

Après trois reports, dont deux en raison de vents d'altitude défavorables, le lanceur Soyouz a finalement décollé de son pas de tir du Centre spatial guyanais dans la nuit de lundi à mardi. À 23 h 02 mn 13 s (heure de Paris), la quatrième tentative aura donc été la bonne. Pourquoi ces reports ? Le lanceur ne supporterait-il pas les vents trop forts ? La raison est différente et tient à la sécurité des populations alentour. Le lancement, en effet, ne peut pas avoir lieu si les vents sont tels qu'en cas de destruction de l'engin juste après le décollage la pollution risquerait d'atteindre des zones habitées.

Par ailleurs, le lancement devait intervenir à un instant précis, à la seconde près même. Il fallait en effet placer le satellite Sentinel-1B sur une orbite polaire héliosynchrone précise, légèrement rétrograde, où se trouve déjà Sentinel-1A et avec lequel son jumeau doit se « phaser ». Sentinel-1B, construit par Thales Alenia Space, sera placé sur le même plan, à 180° de son frère, afin d'améliorer les intervalles de revisite d'un même point à la surface du Globe.

Quelques heures avant son lancement, le lanceur Soyouz attend son heure à l'intérieur de son portique, qui sera retiré 1 h 10 mn avant le décollage. © Rémy Decourt

De l'inédit en orbite

Près de cinq heures d'attente ont été nécessaires avant qu'Arianespace n'officialise le succès de la mission. La séparation du satellite Sentinel-1B est intervenue 23 minutes et 35 secondes après le décollage et celle des trois petits CubeSats du programme « Fly Your Satellite ! » a eu lieu 2 h 48 mn et 11 s après le départ. Quant au satellite Microscope du Cnes, il s'est séparé 4 heures et 52 secondes après le décollage. Au total, l'étage Fregat a été allumé à cinq reprises. D'une durée de 29 secondes, le dernier allumage lui a permis de se désorbiter et de ne pas encombrer inutilement l'orbite basse autour de la Terre.

Pour ce troisième lancement de l'année - le premier avec le lanceur Soyouz depuis le Centre spatial guyanais -, Arianespace a mis en orbite :

  • le satellite Sentinel-1B, du programme européen d'observation de la Terre Copernicus, pour le compte de la Commission européenne, qui rejoint le Sentinel-1A, les deux formant une constellation radar inédite ;
  • le satellite Microscope du Cnes, qui doit réaliser une expérience inédite dans l'espace pour tester le principe d'équivalence, pilier de la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein ;
  • une charge utile auxiliaire de trois CubeSats du programme inédit Fly Your Satellite !, du bureau Éducation et gestion des connaissances, de l'Agence spatiale européenne (Esa).